AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [libre] Enfin en paix

Aller en bas 
AuteurMessage
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: [libre] Enfin en paix   Dim 15 Juin - 15:34

Kaoru était venu dans la vallée pour pouvoir se dégourdir les pattes mais tranquillement sans être interpelé par quelqu'un susceptible de l'embêter. Bon bien sur si quelqu'un avait besoin d'aide peut-être qu'il ferait un effort mais là tout de suite si quelqu'un voulait le saluer alors il ferait comme s'il n'entendait rien. Déjà que cette île pour lui c'était pas tout à fait le paradis alors s'il y avait pas moyen d'être en paix.

En tout cas, il en profitait il courait dans tous les sens transformé en puma, sa réincarnation en faite. Il faisait des bonds par ci par là mais c'est pas comme s'il chassait il était quand même en partie humain pas question de chasser qui quoi se soit. Puis il commença à avoir soif, il retourna vers le tas de vêtements qu'il avait laissé par terre et se changea en vitesse.

Il s'assit, une fois habillé et son regard se porta en face de lui, il paraissait un peu à l'ouest.


"Génial... par où je suis venu déjà ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Ven 4 Juil - 11:27

[ Bon... Beh j'espere que ça ne te dérange pas que je te réponde, puisque je sais pas quand est-ce que je pourrais Rpey xD ]

» Tous les changements, même les
plus souhaités, ont leur mélancolie.


Jours... et nuits. Ici on avait plus la notion du temps. Est-ce que le rivage indiqué qu'on ne devait pas s'approcher de la mer agité, ou juste qu'on se trouver en plein après-midi et qu'il ne fallait pas ou plus s'exposer au soleil ? Rien n'échapper au regard azur de la jeune fille. Ici, elle n'était sans doute pas seule, encore fallait-il trouver de la compagnie. Et s'il y en avait, qu'elle soit bonne ou non, il fallait sympathiser, histoire d'avoir quelqu'un sur qui tomber. Elle esperait juste ne pas tomber sur quelqu'un comme elle. Le genre hypocrite et meprisant, les personnes detestable quoi... Deux personnes de ce genre ne peuvent sans doute pas s'entendre, sauf s'ils font mutuellement des efforts. Et ce genre de personne ne font jamais d'efforts... Il fallait croire que Jude n'était pas le genre de fille - presque femme - à déballé sa vie et à faire ami-ami. C'était si compliqué pour elle de parler d'elle... Elle-même ne savait pourquoi, une boule à la gorge, l'envie inevitable de pleurer, c'était tout ce qui lui arrivait lorsqu'elle repensait à sa vie. Elle ne pleurait pas parce qu'elle se plaignait de n'avoir eu une vie plus plaisante, elle pleurait parce qu'elle ne pouvait faire autrement. Elle n'avait pas mal, loin de là... C'était une douleur psychologique. L'esprit était marqué... A vie.


Et puis, n'ayant plus d'autre choix que d'accepté sa vie modeste. Elle se retrouvait là. Perdue sur une île dont elle ne connaissait même pas l'existence avant de se reveiller le cul ensablé. De plus, elle n'avait même pas chercher à savoir pourquoi elle avait atteri là. Poussé par on-ne-sait-quoi, elle s'est mise à marcher. Jusqu'à ce qu'elle se perde, à nouveau elle-même... Elle avait marché une bonne demie-heure. Et maintenant ? Qu'est-ce qu'elle était censé faire ? Se perdre sur une île... Non, d'ailleurs elle était toujours sur l'île mais plus sur le rivage... Le sable chaud et doux s'était transformé en cailloux et falaise douteuse. Elle ne s'y risqua pas, elle n'avait jamais eu le sens de l'équilibre, mais elle ne voulait pas l'avouer... Vertigineuse à souhait, le simple fait d'être en hauteur lui donner des nausées. Elle prefera ne pas regarder, planter son regard froid et bleu sur le vide. Le vide, et rien que le vide... Le ciel lui rendait l'appareil. Il était vide, sans aucun nuage, et bleu... Joli paysage, il fallait l'avouer...


Douleur personnel qui l'obligeait à avancer. Elle n'en avait même pas envie. Mais elle continua, intriguer par le fait que cette vallée n'ai donc aucune fin. Elle tourna légèrement la tête vers le soleil bas, et apercu une ombre furtive. Elle s'arrêta net et plissa les yeux. Elle était passer tellement vite qu'elle se demanda si ce n'était pas l'effet du soleil. Elle l'avait peut-être regarder trop longtemps... Pourquoi est-ce qu'une tâche se mettrait à bouger après tout, c'était completement pathetique l'imagination... Par curiosité tout de même, elle continua sa marche dans la même direction que l'ombre suivait. Peut-être qu'elle n'avait pas rêver finalement. Elle continua en contre-bas, jusqu'à ce qu'elle apercoive un jeune garçon de dos... Enfin, il lui semblait être jeune, mais en même temps un vieux n'irait pas faire une randonné par ici. Peut-être qu'il savait où est-ce qu'elle était. Peut-être pourrait-il l'aider...


Comme quoi la chance tourne vite, la jeune fille avait à peine fait un pas qu'elle trebucha directement sur un enorme caillou, la faisant glisser jusqu'au jeune homme, et bien plus bas encore si elle n'avait pas eu l'idée de s'aider de ses bras. Elle n'avait pousser aucun cri, elle retenait juste un jurons, et un bon... Mais une fille ne devait pas sortir de jurons...


« Merde, ça me fait chier ! »


Quand la volonté surpasse le reste... Elle ramena sur elle ses bras saignant, forcement, elle avait été assez intelligente pour s'aider de ses bras dans sa chute, mais pas assez pour avoir oser sortir en robe. Résultat : des bras et des jambes en sang. Le problème avec Jude, c'est que dans ses cas-là, soit elle se sent tellement humilier qu'elle s'en va en courant, soit elle n'a vraiment pas de chance, et au prix d'être humilier elle ne peut même pas s'enfuir. Et forcement, cela tombe toujours sur la deuxième proposition. Honteuse ? Oui, juste un peu. N'empeche qu'elle s'était fait vraiment mal... Elle n'essaya même pas de se relever, au risque de perdre encore un peu d'amour-propre. Elle resta donc prostré là, rien à faire, elle était décidement bien têtue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Lun 7 Juil - 18:15

Kaoru resta planté là un bon moment faut dire aussi que le vent commençait à se lever et ça il ne pouvait pas s'en passer. Pas comme une drogue de toute façon personne ne réussirait à le rendre dépendant à quoi que se soit, c'était différent, c'est un peu le fait de tellement apprécier quelque chose qu'on en oublis le reste, ça peut paraitre idiot mais parfois le fait de faire ou de ressentir quelque chose d'agréable te donnes l'impression que tu n'as plus besoin de rien. Et puis finalement une tornade viens t'enlever ce plaisir, t'as envie de rien faire mais généralement t'as pas vraiment le choix. Cette fois là, la tornade avait l'allure d'une jeune femme à ces pieds, c'est sur que ça peut surprendre mais Kaoru lui est plus du genre à regarder et à se retenir de se moquer même si réaction et sentiments ça sonne pour lui comme rien. Néanmoins malgré son allure de racaille qui déteste aider c'était pas encore ça.

Sauf que l'adolescent hésita réellement cette fille venait de lui pourrir sa journée, quel dommage mais bon ça tombait bien il en avait au moins oublié sa soif et puis c'est surtout les injures qui l'avait surpris. Elle ne ressemblait à personne qu'il avait pu croisé jusqu'ici c'était assez impressionnant même si c'était pas vraiment imposant non plus elle était différente mais pas plus tolérée. L'adolescent soupira et voyant la jeune fille au sol il ne pouvait pas se permettre de la laissée là parce il y a aussi une nuance énorme entre sadique cruel méchant et tout ce qui va avec et la connerie pure et dure. Le jeune homme se baissa et hésita à saisir les bras ensanglantées de la jeune fille bon bien sur pas par crainte de lui faire mal plutôt par crainte de se salir. Finalement il saisit un bras de la jeune fille malgré tout le sang qui recouvrit ces vêtements ça pouvait aller. Il releva la jeune fille sans difficulté ayant une certaine force et une fois celle ci relevée il l'observa vivement de la tête aux pieds, c'était peut-être une simple chute mais elle ne s'était pas ratée.

Apparemment elle ne connaissait pas les lieux sinon elle ne serait jamais venue ici, c'était l'endroit à éviter mais bien sur Kaoru pour s'isoler avait choisis de venir ici. En plus d'habitude c'est tranquille et bien faut croire que cette fois là il était maudit où alors on le mettait à l'épreuve et bien sur possibilité la plus simple on lui pourrissait la vie depuis son arrivée ici. Pour conclure il pouvait pas laisser cette fille dans cette état, déjà elle était égratignée de partout et en plus elle savait pas où elle était a force il avait l'impression d'accueillir les nouveaux et encore elle il pouvait la supporter, ce n'était pas comme d'autres. De toute façon il avait soif ça allait lui donner l'occasion de bouger de là, il saisit la main de la jeune fille et dit simplement en prévenant comme à son habitude.


"Allez viens tu vas pas rester comme ça... Mais ne tombes pas, j'ai beau te tenir, je ne suis pas un homme de confiance."

Finalement il prit le chemin de la ville qui n'était pas bien loin, en plus pas besoin de faire le chemin jusqu'à l'hôpital, l'infirmerie devrait suffire pour de simples blessures. Seul problème ils allaient devoir remonter d'où était venue la jeune fille et si elle venait réellement à tomber ça allait poser problème. En plus celle ci était bien équipée avec sa robe, décidément il comprenait rien du tout aux filles et ne préférait même pas s'imaginer l'horreur de porter une robe même si dans le fond ça les rendaient plutôt élégante, intérieurement il espérait en tout cas qu'elle ne tomberait pas parce qu'il devrait encore l'aider et c'était pas son truc.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Mer 16 Juil - 18:18

( La honte xD
Désolé vraiment pour le retard U__U )

» La franchise est souvent une faute, presque toujours une maladresse.


La maladresse avait toujours été l'un de ses plus grands ennemis. Mais même lorsqu'elle se retrouvait dans des situations ingerables, elle prenait le temps de s'en sortir la tête haute. Mais la tête baissée bien sur... Cela faisait partie de ses habitudes. Sauf que là, elle se retrouvait dans une situation totalement ingérable, et elle n'en avait aucunement l'habitude. Elle se débrouillerait comme elle le fait si bien d'habitude, elle l'enverrait paître et se relèverait sans doute plus honteuse encore...


N'ayant pas l'habitude de se faire aider, ou plutôt de se laisser faire aider, elle resta silencieuse, grimaçant lorsque le garçon la souleva. D'ailleurs, à bien le regarder, il n'était pas vilain. Enfin, ce n'était pas son genre de mater, autant dire qu'elle n'en avait que faire, elle aurait bien voulu lui demander pourquoi il l'aider, vu qu'elle avait quand même essayer de se faire discrète. Mais en fait, c'était pas ses affaires. Alors elle le laissa faire, juste pour mieux l'enfoncer par la suite... Toujours aussi manipulatrice, elle n'avait pas changé, même pas ici...


Elle n'esquissa même pas un sourire. Elle était plus absorbée par l'élaboration d'un plan qui lui permettrait de se débarrasser du garçon. En fait, c'était plutôt lui qui aurait dû faire cela, mais il ne semblait pas méchant. Mais, ne dit-on pas : les apparences sont parfois trompeuses ? C'est pour cela que la jeune fille se montrait prudente, sans doute plus avec lui, car il avait beau ne pas avoir l'air dangereux, on ne savait jamais. Surtout qu'elle s'était réveillée au milieu de nulle part... Mais là encore, la situation était gérable, elle l'avait en main... Du moins, c'est ce qu'elle espérait...



Sauf, qu'étant une fille de terrain, elle ne se laissait impressionner par personne... Et pourtant, il avait réussi à la surprendre rien qu'en prenant sa main. Elle n'avait pas mal au point de grimacer, mais le plus souvent, on ne la toucher pas, parce qu'on comprenait qu'elle n'était absolument pas le genre de fille qu'il faut fréquenter. Lui, il semblait s'en contreficher... Comme s'il n'avait qu'une idée en tête... Comme elle.


« Allez viens tu vas pas rester comme ça... Mais ne tombes pas, j'ai beau te tenir, je ne suis pas un homme de confiance. »



Un léger sourire malicieux étira ses fines lèvres roses. Parce qu'il croyait qu'elle lui faisait confiance, c'était plutôt d'elle qu'il devrait se méfier... Elle n'était pas la plus apte à faire confiance aux autres, ni à faire la moral... Mais tout de même


« Je suppose qu'il ne faut faire confiance à personne ici... »


Ici... Elle parlait comme si elle savait où elle se trouvait. D'ailleurs, peut-être que lui savait. Mais franchement, elle n'avait aucune envie de lui demander. Sauf peut-être elle était sûre qu'il lui fournisse une réponse un minimum convaincante, ce qu'elle pensait impossible... Enfin, elle pouvait toujours essayer, ça ne ralentirait pas son parcours... Il fallait toujours qu'elle utilise des mots compliqués, histoire de faire croire qu'elle est plus intelligente, c'était pathétique...


« Et, dîtes-moi, au risque de passer pour une imbécile, mais tout de même, on est où ici ? »


De toute façon, elle aimait se faire prendre pour une imbécile, c'était son nouveau mot d'ordre, ensuite, elle frappait encore plus fort, au risque de ne plus s'en relever. C'est fou ce qu'elle pouvait être sadique... Enfin, c'était son choix, si elle se disait sadique, elle ne vivait pas mieux que quelqu'un qui ne l'est pas... Et puis, pourquoi chercher des explications ? Elle n'était pas aussi folle qu'elle en avait l'air. La preuve, rien que dans sa question, elle enchainait les politesses et les maladresses. Vouvoyer quelqu'un pour ensuite lui demander d'une manière presque brute où elle se trouver... C'est digne des plus grands... Narcissique ? Juste un peu, autant tomber dans le narcissisme que dans la déprime. C'était moins dangereux...


( Désolé, en plus j'ai vraiment pas d'inspi, j'écris n'importe quoi U__U )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Mer 16 Juil - 22:56

Des question ? Pourquoi ? Lui quand il était arriver en avait posés, pourtant sur le moment il se demandait à quoi ça servait. Peut-être que selon les réponses les gens réagissaient différemment seulement une vie n'est pas basé sur un ensemble de réponses et puis honnêtement parler parler toujours parler c'était agaçant pour finir. Qu'est-ce que ça changerait qu'elle le sache ou non. Le jeune homme accéléra le pas esquivant habilement chaque pierre évitant de frotter ces pieds au sol au risque de soulever de la poussière c'était une démarche qui avait un côté minutieux.
Puis Finalement peu après la question il se tourna vers elle pour lui répondre... à sa façon mais il eut comme un moment d'absent, en fait il ne l'avait pas vraiment regarder au départ et c'est sur le coup qu'il remarque c'est yeux bleus presque envoutant même si de toute façon s'attarder ne faisait pas partit de ces principes, il eut un moment d'égarement avant de se reprendre finalement..


"Tes yeux... Non rien, ce que tu dois savoir c'est que tu es morte, concernant l'endroit où tu es... tu n'as qu'à choisir. Au brésil, au paradis ou aux Antilles."


A part ces yeux étrange cette fille avait juste un caractère étrange mais pas bien terrifiant à première vue. Il reprit sa montée mais se fut court car déjà ils atteignaient leur but premier, de là, il su facilement s'orienter et déjà il prenait la direction de la ville dont on voyait un bâtiment unique de cet endroit. Il lâcha la main de la jeune fille et il se surpris lui même à regretter, idée bien étrange qu'il puisse regretter ça, mais c'était le cas. Pas plus de réaction que ça, le regret il avait toujours su vivre avec, il y avait tellement de choses qu'il regrettait que de toute façon tout semblait se mélanger au fur et à mesure. Toujours est-il qu'il semblait plus ou moins pressé et son allure augmenta jusqu'à ce qu'il marche plutôt rapidement sans que pour autant il court. Il voulait juste sur le moment se débarrasser de ce "fardeau". Même s'il aurait refusé d'admettre que c'était autre chose si il y croyait alors on y croirait, cette fille c'était rien, rien de plus que ce qu'il avait pu croiser pas une meilleure personne pas une pire, rien.
En arrivant en face d'une énorme plaine il soupira, il avait négligé son trajet, on dirait bien qu'ils allaient devoir marcher plus longtemps que prévu. Même si le concernant ce n'était pas un problème qui sait ce que pouvait en penser la jeune fille. Les mains dans ces poches il stoppa net se retournant vers l'inconnue jusqu'à présent. C'est dans les environs de la plaine que Kaoru sentit de premiers embruns, le vent commençait à souffler et les bruns d'herbes s'agitait un peu comme une chorale qui danserait avec une synchronisation impressionnante. Une fois de plus perdu dans ces pensée, ces yeux sombres en revinrent à la jeune fille et il dit.


"Ca ira pour tes blessures, même si ce n'est que superficiel, la perte de sang n'est pas à... Désolé, tu es surement la mieux placée pour en juger, aller suis moi."


A son insu l'adolescent avait tendance à sous estimer les autres et s'inquiétait pour rien, un défaut pour lui qu'il détestait et pour finir il laissait tomber et changeait de sujet. Là en l'occurrence c'est ce qu'il fit, il reprit son chemin et coupa directement dans la plaine, pas de détour possible se serait trop long. Malgré c'est allure de petite fille fragile quelque chose lui laissait croire que pour finir elle était plus capable que d'autre alors pas besoin de se faire un sang d'encre.

"Je suppose que je vais me contredire, mais tes yeux, c'est héréditaires ?"

Question stupide pourtant ça l'intéressait.

(Arrête, de t'excuser ^^)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Jeu 17 Juil - 20:01

( Han ouais mais c'est plus fort que moi xD)

» L'habit d'un arlequin n'est pas plus varié dans ses nuances que ne l'est l'esprit humain dans ses folies.


L'âme et l'esprit sont deux choses bien distinctes chez Jude. Elle prend en considération l'esprit des gens, et délaisse l'âme. Pourtant, ce n'est absolument pas une mauvaise fille, enfin, seulement quand elle est dans ses bons et beaux jours. La plupart du temps, elle s'enfonce dans un masque de froideur, et n'en sort que lorsqu'elle le juge nécessaire. C'est à dire, jamais... Pourquoi ? Tout simplement qu'elle tient tellement à gérer chaque situation de la vie quotidienne, qu'elle en oublie qu'elle n'est pas la fille froide et distante qu'elle laisse paraître. Si l'on apprend à la connaître, où si on la laisse prendre confiance, on verra qu'elle n'est pas aussi méfiante qu'elle n'en à l'air. En fait, c'est une jeune fille tout ce qu'il y a de plus normal, avec ses défauts et ses qualités. L'écoute, la douceur et la noblesse sont ses principales qualités. L'écoute, on la devine à sa voix calme et douce, la douceur, à ses grands yeux délicat, et la noblesse, aux gestes élégant qu'elle effectue. Mais tout cela, c'est son côté caché, ce qu'elle ne montre jamais, ou très peu...


Maintenant, la seule chose qu'elle espérait c'était de ne pas faillir à cette image insensible qu'elle se donnait, juste pour être sûre de frapper plus fort... Elle ne frappait pas avec ses poings, bien trop frêles, mais avec ses mots. Avec ses mots, qu'elle choisis avec passion, juste pour le plaisir de faire le mal. Peut-être qu'elle prenait trop à cœur son masque indifférent, pour prendre autant de plaisir à faire le mal... Du moins, il fallait la connaître, pour voir qu'elle n'allait sans doute pas aussi bien qu'elle veut le faire croire. D'ailleurs, souvent, elle n'arrive pas à le faire croire... On se doute toujours qu'elle ne va pas si bien. Mais on préfère ne pas y faire attention... De peur d'attiser son mal, ou de peur de s'attirer des ennuis... Mais tout cela devenait tellement compliqué, qu'elle ne pouvait plus sortir de ce cercle vicieux, ce sentant obligé d'agir comme une malpropre, pour ne pas attirer la pitié des gens... Tellement compliqué...


« Tes yeux... Non rien, ce que tu dois savoir c'est que tu es morte, concernant l'endroit où tu es... tu n'as qu'à choisir. Au brésil, au paradis ou aux Antilles. »


Morte ? Elle qui n'avait jamais cru à la mort soudaine... De plus, elle ne se rappelait de rien. Elle devrait se souvenir... De quoi ? De rien, de tout... Juste quelque chose qui la relie - reliait plutôt - au monde vivant. Légèrement troublée, elle s'examina minutieusement. Elle se sentait tellement faible qu'elle peinait à avancer... Pourtant elle avait l'air tellement vivante... On ne meurt pas en ayant l'air vivant ! Personne ne ressuscite subitement, pas même Jésus en qui elle n'avait jamais cru... Alors c'était juste un mauvais rêve, un moment de plus à passer pour cauchemarder... C'est ça, cela n'avait rien de grave... Et puis là, comme si tout allait s'effondrer, il lâcha sa main. Elle s'était tellement habituée à sentir la douce chaleur de ses doigts fins, qu'elle n'y prétait aucune attention. Jusqu'à ce que cette chaleur disparue, comme refroidi par un jet glacial. Et là, comme elle ne l'avait jamais été, elle se senti vulnérable, ébranlable, encore plus qu'elle ne l'avait jamais été...



Se sentir perdue, c'était une chose qui lui arrivait constamment. Mais lorsqu'elle se trouvait en compagnie de quelqu'un, ça n'était encore jamais arrivé. Et pourtant, elle se résolvait à l'admettre. Ce n'était pas le simple contact qu'elle avait eu avec lui qui la rendait si mélancolique tout d'un coup. Peut-être que la cadence rythmé de ses pas lui manquait, peut-être que c'était la douleur de ses muscles fatigués et blessés... Ou c'était juste sa stupide main... Juste ça. Mais elle ne voulait pas de cette mélancolie là, pas maintenant... Elle ne remarqua même pas qu'il venait de se tourner vers elle. Ses yeux s'étaient ancrés dans la profondeur des herbes hautes. Un léger souffle obligea l'herbe à se rouler sous sa force. Se tortillant à la manière de l'eau cerné, la verdure se coucha sous l'haleine fraiche des bourrasques. Ses cheveux blonds, presque beige, se mêlèrent à la danse hypnotique des brins... Et puis quelques mèches retournèrent se loger dans la courbe gracile du dos de la demoiselle.


« Ca ira pour tes blessures, même si ce n'est que superficiel, la perte de sang n'est pas à... Désolé, tu es surement la mieux placée pour en juger, aller suis moi. »



Elle souleva ses perles d'eau vers lui, et n'esquissa qu'un mince sourire. S'il s'inquiétait juste pour ce qu'elle avait, il ne valait mieux pas lui raconter qu'elle avait vécu bien pire. Et de toute façon, il ne l'aurait pas écouter... A quoi bon ? Même elle n'aurait pas daigner lui raconter les passages douloureux de sa vie misérable... A quoi bon ?


Il n'y avait vraiment plus rien à raconter finalement. Elle ne voulait plus repenser à ce qu'il s'était passer à l'orphelinat, au suicide de son frère et de son père... Elle avait oublier tout ça. Elle n'avait plus de famille, plus rien... Et elle n'en voulait pas, elle ne voulait plus avoir quelque chose à qui tenir, c'était trop dangereux et douloureux...


« Je suppose que je vais me contredire, mais tes yeux, c'est héréditaires ? »


Sa voix l'avait surprise sur le coup. Elle redressa vivement la tête et l'observa quelques secondes en silence. Il lui parlait de ses yeux... Ils avaient été la seule chose qui l'avait aidé à devenir comme elle était... Alors peut-être qu'ils portaient en eux le fardeau de sa vie antérieure. Puisqu'elle était morte...


« ... Sans doute oui. »


Elle n'avait pas la réputation d'être très bavarde, mais elle ne savait quoi lui répondre. Sur le moment, elle ne se sentait pas le courage de lui parler d'elle. Ni de lui poser des questions, mais si il y avait une chose qu'elle regretterais, c'est au moins de ne pas avoir donner un nom à son visage... Et les regrets, elle n'aimait pas ça.


« Et... Comment est-ce que je dois vous appelez ? »


A trop vivre dans les regrets, on finit par ne plus les acceptés... Décidément, à l'intérieur, elle n'était qu'une gamine frêle et égarée...


( Bon, niveau qualité c'est pourri, sorry >.< )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Jeu 17 Juil - 21:23

Une réponse évasive qui ne l'aidait pas pourtant, tout ce qu'il y avait à savoir c'était que ces yeux avait quelque chose de particulier, quelque chose qui sort de l'ordinaire. Chacun peu importe la personne à quelque chose de particulier qui fait son charme et bien à choisir pour elle se serait certainement ces yeux. D'un bleu profond, ils donnent presque l'impression d'observer un ciel comme un monde qui n'appartiendrait qu'à soi. L'adolescent se demandait si elle en avait vraiment conscience mais elle dégageait vraiment une aura particulière et unique même si de son côté elle se rendrait rapidement compte qu'elle n'est pas la seule à être doté d'une caractéristique marquante.
Le jeune homme jeta un œil à la jeune fille tout en continuant de marcher d'un pas sur et rapide, il remarque alors ces cheveux blonds avec des teintes de couleurs peu communes, décidément quand on croise une fille comme celle ci autant être aveugle ou bien ne pas la regarder. C'était vraiment agaçant ce côté gênant qui régnait dans cet atmosphère cette impression d'être manipulé et de ne plus savoir ce que soi même on fait. En plus de ça le sentiment d'infériorité naissait un peu comme si tu avais l'impression que tu allais y passer sans pouvoir rien faire, cette fille avait un charme indéniable et un charisme incroyable à tel point que même lui l'écoutait parler alors que d'habitude il est près à se perdre dans ces pensées pour la moindre choses. Maintenant c'était difficile d'accepter qu'on perdait presque le contrôle de soi même alors qu'on observe juste une fille de son côté. Le jeune homme se contenta alors de garder un air indiffèrent en cachant tant bien que mal sa gêne, n'importe qui avec une sureté comme la sienne se sentirait comme à l'étranger , comme sur une autre planète ou tout ne tournerait pas rond. Quand elle rompit le silence Kaoru cacha son soulagement il allait pouvoir oublier l'image de cette fille qui le préoccupait.


"Tu ne devrais pas te présenter d'abord ?"


Malgré son malaise ces habitudes parlait pour lui et la provocation le sauvait malgré lui, pour une fois il voulait bien croire à la chance, sans ça il aurait surement manqué de confiance en lui et ça il détestait pourtant tout à coup il se sentit capable de s'en sortir comme quand on réussi quelque chose soudain on se sent capable de recommencer autant de fois que possible. Là c'était pareil, il reprit ces esprits alors qu'il atteignait le milieu de la plaine, pas facile d'avancer dans ces hautes herbes, en plus il recommençait à avoir soif, finalement il était en train de s'imaginer et se mit à sourire tout seul, à lui même. Puis il reprit son ancienne expression, s'il se voyait il était certain que ça l'amuserait, le genre de type incapable de se contrôler par timidité crainte ou colère tous ces types l'amusaient plus que tout pourtant, rien était drôle mais il était ainsi et pas autrement.
Cette fois il pu recommencer à parler à peu près normalement, en se disant simplement que cette fille se serait pas facile de l'oublier avec cette air de petite fille, se caractère poli et franc en contrepartie et ce physique plus qu'attirant, pas facile de s'en sortir, avec de tels atouts elle devait obtenir à peu près tout ce qu'elle voulait et rien que pour ça Kaoru serait capable de garder son calme, juste pour avoir le plaisir de rendre le défi plus difficile même si son contacte humain lui manquait il n'allait pas s'arrêter pour lui demander s'il pouvait lui tenir la main ! C'est pas une question d'envie, il aurait l'air de quoi lui à faire ça !? Par fierté il n'oserait même pas lui demander son aide, idiot ou fier, peut-être bien qu'il était les deux mais concernant son malaise il saurait faire avec et il s'accrochait à cette pensée pour rester naturel.


"Sinon, ta vie... elle ressemblait à quoi avant ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Sam 19 Juil - 13:31

» L'enfance est un papillon qui se hâte de brûler ses blanches ailes aux flammes de la jeunesse.


Avec le temps, Jude avait appris à se remettre en question, à se demander si elle avait vraiment une place dans le monde, si un jour elle rencontrerait des personnes digne d'un intérêt quelconque... Et toutes ces questions avaient été balayer d'un seul coup lorsqu'on lui annonça qu'elle était morte. Comment ? Elle n'en avait aucune idée, puisqu'elle ne se souvenait de rien après l'orphelinat. Mais ce dont elle était sûre, c'est d'être morte sans jamais avoir connu le bonheur. Comme quelque chose qui n'avait jamais fait parti d'elle, elle ne se souvenait pas avoir déjà ris aux éclats, et en pleurer... Si peu, qu'elle se se souvenait même plus du son qu'avait son rire lorsqu'il n'était pas forcer. Tout cela comme pour lui dire qu'elle ne sera donc jamais heureuse...


Est-ce qu'un mort connaissait le bonheur ? Sans doute pas... Et c'est surtout cela qui avait le plus effrayé la jeune fille. Toute une vie de malheur gâchée pour mourir misérable. Décidément, après la mort, on lui offrait une vie pathétique.


« Tu ne devrais pas te présenter d'abord ? »


Jude leva vers lui des yeux pâles. Elle se demandait d'où lui venait cette repartie. Mais cela l'amusa plus qu'autre chose. Elle repondit aussi calmement que possible, tout en gardant une douceur hypnotisante dans le rythme de sa voix.


« Je devrais, oui... »


Ses yeux le regardèrent plus intensément, comme si elle cherchait à traverser cette enveloppe charnel qui le dessinait... Et puis elle se décrispa. De naturel plutôt timide, ses jolies pommettes n'hésitèrent pas à prendre une légère teinte rosée puis ses fines lèvres s'étirèrent en un charmant et délicat sourire.


« Jude... Moi c'est Jude. »


Elle reprenait le plaisant portrait de la petite fille bien sous tous rapports , comme si elle n'était qu'une ravissante petite écervelée. Mais forcement, quand on y fait un peu plus attention, on voit qu'elle est beaucoup plus perturbée qu'elle le laisse croire...


« Sinon, ta vie... elle ressemblait à quoi avant ? »


Un vertige puis le silence... Ses lèvres se pincèrent et tout son corps se raidit. Ses yeux pointèrent leurs iris saphir vers le sol, et sa tête suivit la courbe légère de son corps tombant. Il n'y avait qu'une seule question, une seule, qu'elle aurait voulu évité. Et il avait fallu qu'il l'a lui pose. Elle releva des yeux ternes vers le visage charmeur du jeune homme et n'osa pas ouvrir la bouche. Ses sourcils se arquèrent vers le bas, et la jolie poupée qu'elle était se trouva bien abattue. On aurait pu la trouver mignonne, tant que sa beauté ne faisait pas reluire son manque de noblesse, mais ce n'était rien comparé au tourbillon d'émotions qui se déchainait à l'intérieur d'elle-même. Et cela se voyait rien qu'à la lueur trouble de ses yeux saphirs.


« Je... N'ai pas eu de vie avant. Du moins, j'évite de me rappeler que j'en avait une... C'est moins éprouvant... »


Sa voix s'étrangla vers la fin, pour ne devenir qu'un murmure inaudible. Sur le moment, tout son corps se mit à trembler, et c'était peu dire. D'habitude, cette simple question ne provoquer jamais autant de réaction, mais là, tout était différent avec lui... Il venait de lui briser les ailes, toute son assurance s'envola en éclat, comme un miroir dont on se sentait incapable de récupérer les morceaux... Mais elle était cassée depuis longtemps la délicate petite poupée au teint neige rosé. Et dire qu'elle n'avait jamais été heureuse...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Sam 19 Juil - 15:14

Un air mélancolique, c'est tout ce qu'elle avait marqué sur son visage lorsque le jeune homme lui avait révélé qu'elle était morte, comme ça à la voir cette fille ne ressemble à personne pourtant au fond, elle fonctionnait comme les autres il suffit d'être mort pour regretter une vie même la plus misérable. Peut-être qu'il l'avait mal jugé peut-être que dans le fond il était le seul à se foutre de sa vie d'avant, lui qui avait à peine pu vivre correctement autant la mort à cette vie passée. Ou alors il manquait cruellement d'humanité et même le fait d'en avoir conscience ne l'atteignait pas, pourtant il avait appris par le passé que le manque d'humanité ce n'était bon ni pour la personne ni pour son entourage mais, il était ainsi et pas autrement, qu'il est ce passé ou non.
Finalement elle leva vers lui un regard et répondit à sa "provocation" au début sans se présenter mais avec une voix douce et hypnotisant, peut-être que le fait qu'il l'écoutait venait de là après tout, il en venait même à se renseigner sur elle. En y réfléchissant peut-être que lorsqu'elle parle ça le rassure ou un truc psychologique comme ça. Qu'est-ce qu'un psy dirait ? Pas la moindre idée et pas envie de le savoir il ne faut pas une raison à tout, peut-être que sa voix était juste agréable à entendre, rien de plus.
Puis lorsque qu'elle arrêta de parler elle sembla le regarder de manière étrange comme si en l'observant simplement elle allait tout savoir de lui, ça ce n'était pas possible ou alors elle avait un don le fait est que l'adolescent avait l'impression d'être attiré presque scotché, il aurait toujours pu bougé techniquement mais son cerveau semblait refuser de l'écouter. Avant qu'il n'est pu faire quoi que se soit la jeune fille lui adressa un sourire et le jeune homme 0sentit ces joues le brûler pourtant jusqu'à maintenant ça devait lui être arriver que trois fois et pas autant. Cette impression de malaise lui fit baisser les yeux, rougir c'est une chose qu'on le voit c'est différent et puis finalement elle se présenta et il fit de même pour ne pas être encore plus mal à l'aise.


"Moi c'est Kaoru..."

Ensuite, il arrêta de fixer le sol comme s'il le fouillait à la loupe et observa un instant la jeune fille, elle semblait avoir retrouver son naturel... comme lorsque qu'il l'avait levé décidément elle changeait vite de caractère et il enchaina avec sa seconde question et là se fut pire, pour elle, pour lui moins au contraire. A première vue elle semblait abattue comme démolie et ça, ça ne lui fit rien toujours cet air figé n'exprimant rien, on voyait bien que ça la dérangeait ce genre de question mais lui de son côté il la trouvait mignonne et ça d'ailleurs c'était un sentiment qu'il ne pouvait pas sentir. Quand tu rougis tu n'es plus maitre de toi même alors quand il se mettait à penser qu'une fille était mignonne ça l'agaçait plus qu'autre chose.
Sauf que lorsque qu'elle lui expliqua tout changea, il ne se souvenait plus combien de temps ça faisait qu'il avait vraiment rit de son plein et gré et par amusement mais se fut le cas. Se fut court mais un petit rire lui échappa et c'était réellement sincère, pour une fois c'était nerveux il avait presque ressentit le besoin de rire même si vis à vis de la jeune fille déboussolée ça pouvait paraitre déplacé. Ça faisait un moment qu'il faisait tout sans se soucier de ce que pense les autres.
Mais ensuite la jeune fille sembla trembler légèrement et le jeune homme sentit une once de culpabilité l'envahir il s'approcha de la jeune fille en posant une main amicale sur son épaule et sur le coup on n'aurait pas dit le même, le fait de rire ça l'avait quelque peu fait revenir en arrière mais bien plus loin qu'avant, il adressa un sourire VRAIMENT chaleureux à la jeune fille et alla même jusqu'à s'excuser.


"Excuse moi, je n'aurais pas du rire de tes propos, c'est juste que sur le coup... je me suis dis que j'aurais pu dire la même chose, pourtant... je pensais être le seul, sauf que toi ça t'as atteins plus que moi on dirait, alors si je t'ai blessé et bien je suis désolé."

Etrangement, ça semblait tout changer même si dans le fond il avait peut-être rencontré quelqu'un qui pouvait à priori le comprendre, il s'en fichait à bien y réfléchir, il aimait bien cette fille parce que c'était comme ça et selon lui rien à voir avec son passé. Il se sentait de bonne humeur et cette fille c'était vraiment quelqu'un alors se fut un peu un privilège qu'il fit pour changer il allait être volontairement sympathique, il fouilla dans sa poche et sortit trois pansements ainsi que des bandages puis il les tendit à la jeune fille tout en retirant sa main de son épaule.

"Prends ça."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 20 Juil - 13:34

» L'univers est une machine à faire de la conscience.


AEt la peine dans tout ça ? Elle n'avait plus sa place dans le coeur serré de la demoiselle. En fait, elle cherchait juste à se barricader, juste, et seulement, pour se persuader qu'elle ne pouvait plus rien ressentir à l'égard d'une personne. Et plus rien, ça ne veut pas seulement dire ni d'amour ni amitié, mais aussi ni haine ni pitié... Et c'était cela le plus difficile pour elle. Lunatique, les personnes ayant une conséquence particulière sur son changement d'humeur était celles qu'elle avait le plus de mal à détester. Et le problème, c'était que, mine de rien, ce garçon ne lui faisait faire que ça, changer d'humeur. Et sans même en savoir la cause, elle voulait en connaître les conséquences... Que se passerait-il si elle venait à l'apprécier ? Ou pire, ressentir la moindre attirance pour lui...


Les promesses sont celles qui durent le moins longtemps, celles dont on ne se souvient même plus le lendemain, celles qu'on renie dès le grand âge... Mais Jude ne les reniaient jamais, elle les mets juste de côté. Sa promesse la plus récente, c'était celle de toujours rester au près de son père après la mort de son frère, quoiqu'il arrive... Son père mourut quelques jours plus tard. Son frère, lui aussi, lui avait promis de toujours la protéger, il a menti aussi... Elle a été lâchement abandonné par ses seuls piliers, sa seule famille... Alors elle se promit de ne plus jamais promettre a quelqu'un, pour quoi que ce soit, et surtout si cela implique la présence, de ne plus avoir de personnes à qui tenir, sur qui compter, à peu de choses près, de ne plus aimer qui que ce soit...


« Moi c'est Kaoru »


Sur le moment, elle ne l'écouta plus. Elle preferait s'en tenir à son simple prénom, lancer avec ferveur, juste pour s'étrangler aux creux de ses oreilles... L'éclat bref des yeux du jeune homme aux néons blanc du soleil, qui se faisait de plus en plus bas, la fit cligner des yeux. Il avait suffit d'une seule phrase pour le faire rire. Alors, comme ça, parler de son malheur l'amusait ? Si tel était son désir, cela ne la dérangeait pas, son rire sonnait si bien à ses oreilles. Elle qui n'avait jamais vraiment entendu son propre rire. Et puis il posa une main qui se voulait rassurante, et un sourire chaleureux étira ses lèvres. Mais pas un sourire qu'on lançait comme ça, à n'importe qui. Ce sourire là, voyait son destinataire ravi, un peu comme s'il n'avait été là que pour lui, privilégié...


« Excuse moi, je n'aurais pas du rire de tes propos, c'est juste que sur le coup... je me suis dis que j'aurais pu dire la même chose, pourtant... je pensais être le seul, sauf que toi ça t'as atteins plus que moi on dirait, alors si je t'ai blessé et bien je suis désolé. »


Sur le coup, Jude resta coite. Elle agita mécaniquement la tête. Elle avait déjà planter ses deux saphirs dans les siens, là encore, elle aurait voulu savoir à quoi il pouvait penser, mais elle n'avait pas ce don. Alors elle souleva ses sourcils blonds et pris une grande inspiration avant de lâcher avec un léger sourire.


« Ce n'est rien... Tu n'as pas à t'excuser... »


Elle se sentait un peu bête de n'avoir rien d'autre à dire. Mais elle ne savait pas vraiment quoi lui répondre...


« Au moins, je t'aurais entendu rire... »


C'était plutôt bête d'avoir dit ça, mais elle l'avait tellement dit d'un ton amusant qu'elle se fit sourire à elle même. Comme une petite idiote qui n'avait pas su répondre à deux plus deux... Mais elle n'était pas douée pour engager les conversations, surtout avec le sexe opposé... C'est surtout parce qu'elle ne supportait pas ceux de l'orphelinat, et surtout les pratiques qu'ils utilisaient pour l'approcher. Elle en gardera bien des séquelles. Physique et psychologique...


Elle soupira, les souvenirs du passé ne l'enchantait guère. Il fallait vraiment qu'elle pense à autre chose, quelque chose de plus attrayant. Ou quelque chose ne moins déroutant, comme cette main qui s'était si délicatement poser sur son épaule... Et faute de mieux, elle s'était sans doute trop focalisé sur celle-ci, puisque d'elle qu'elle fut partie, elle sentit comme un vide l'envahir, un océan de doute... Par le même coup, Kaoru lui tendit quelques pansements et plusieurs bandages.


« Prends ça. »


Elle les accepta sans rechigner, avant d'examiner à nouveau ses jambes. A première vue, ce n'était vraiment pas grave, puisque c'était surtout les bras qui avaient tout pris... Elle s'assit sur les herbes folles, qui s'empressèrent de s'écraser afin de lui offrir un siège confortable, et replia ses fines jambes vers sa poitrine. Elle plaça ensuite quelques pansements ici et là, de toute façon, ça ne saigner presque pas. Elle s'occupa ensuite de ses bras... Le sang ne coulait plus, mais la peau avait été salement arrachés, si tout du moins elle n'avait pas essayer d'inspecter les lieux, cela ne serait pas arriver... Elle n'avait jamais fait de bandages de toute sa vie. Et si on veut faire de l'humour noir, on pourrait même ajouter qu'elle n'en fera pas non plus de toute sa mort... Elle s'y essaya tout de même, mais après plusieurs essais peu fructueux, elle leva la tête et regarda un peu honteuse Kaoru et lui demanda d'une voix hésitante.


« Euh... Je... N'ai jamais su faire les bandages... Tu pourrais m'aider ? Si ça ne te poses pas de problème... »


Elle toussota légèrement, puis détourna son regard, elle ne se souvenait même plus pourquoi elle devait avoir honte, parce qu'elle était incapable de faire des bandages, où bien parce qu'elle avait chuté il y a quelques minutes. Dans les deux cas, elle avait montré au jeune homme qu'elle était aussi fragile à l'intérieur qu'à l'extérieur. D'ailleurs sa fragilité ne se faisait pas ressentir que par sa constitution mince et frêle, mais aussi par la manière ambiguë dont ses yeux se pose sur vous, ou même par les traits extrêmement fins de son visage, si fins qu'on penserait qu'au moindre sourire, ils se brisent... Elle regarda encore une fois les néons colorés du soleil. Décidement, qu'est-ce qu'il était beau, le soleil...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 20 Juil - 15:31

D'abord une brise légère pas désagréable, puis plus rien. De nouveau ces yeux bleus reviennent, des yeux agaçants, magnifiques, maléfiques ou envoutants, tellement de contradictions pour des simples pupilles qui dès qu'elles portent leur attention sur toi tu es presque poussé à agir. Le corps du jeune homme semblait attendris par ces yeux couleurs saphirs, suivit d'un légers sourire l'adolescent aurait presque fait ces quatre volontés néanmoins il gardait toujours la conviction que jamais il ne servirait qui que se soit. Alors même si rendre service ça ne le dérangeait, il ne voulait ni dépendre ni obéir à quelqu'un, donc s'il venait à donner un coup de main se serait surement par réflexe. Lorsqu'elle lui avoua qu'il n'avait pas besoin de s'excuser ça le surpris d'habitude les gens le regarde de travers vexés que se soit moqué d'eux tandis que pour lui c'était dans l'ordre des choses. Des personnes l'amuse alors forcément il en rit même s'il ne dit jamais rien en général, il pense intérieurement que ces gens sont plutôt drôles. Alors que là il ne s'était pas contenté de le penser ce qui pouvait laisser présager qu'elle lui en voudrait d'avoir rit de paroles aussi sérieuses. Une fille bien étrange mais plus il la côtoyait plus il avait l'impression de se faire avoir, comme de voir des sables mouvant et de vouloir les traverser en marchant dessus. Idiot mais il avait l'impression que plus il resterait auprès d'elle plus il aurait du mal à s'éloigner et ça c'était vraiment exclus. De nombreuses choses malgré les apparences étaient tolérées par l'adolescent mais ça jamais. Aucune peine ne viendrait un jour le submergeait pas de regrets à quitter une personne, jamais. Conclusion il semblait vouloir se dépêcher, normal ou pas selon lui il fallait vraiment qu'il se dépêche mais avant cela la jeune fille lui demanda un service. Assis dans l'herbe il l'observa de haut et soupira, il s'accroupit à côté de la jeune fille et saisit les bandages, pour lui c'était la routine, tous les jours quasiment il était contraint de se soigner par lui même alors forcément. Soudain le vent après être tombé reprit de plus bel alors que Kaoru hésitait, il n'avait pas l'âme d'un médecin et n'avait jamais dans sa vie soigner quelqu'un d'une quelconque où alors la personne n'était pas consciente. Après une courte méditation sur le contexte il accepta malgré tout en plus se sentir observer le mettais mal à l'aise alors plus vite il aurait finit plus vite ils pourraient reprendre leur route. Délicatement, non... mais prudemment, oui. D'habitude lorsqu'il faisait ces bandage il n'hésitait pas à serrer mais là pour changer il ne s'agissait pas de lui, pour changer car d'origine il agissait que pour sa petite personne comme quoi il faut un début à tout. Toujours est-il qu'il fit attention à ne pas serrer les bandages trop forts et en quelques minutes se fut réglé et la jeune fille pus enfin se relever du moins logiquement.

"Ca devrait aller..."

Kaoru s'assit en tailleur aux côtés de Jude, perdu dans ces souvenirs. Cette rencontre aura au moins ranimée pas mal de souvenirs en lui, de bons souvenirs. Il revoyait ces parents lui sourire alors que lui encore insouciant de ce qui lui arrivait courait dans la rue en criant. Ça finissait toujours par une chute mais lui lorsque ça se produisait, courait vers sa mère en pleurant afin que celle ci sois à son chevet et celle ci désinfectait sa blessure, mettait un pansement et finissait par un bisou sur le front du petit garçon. Puis lui repartait dans la rue pour jouer avec les autres enfants.
Il y a bien un jour ou tu changes, pourtant on prit pour qu'il arrive plus tard que prévu. Enfin, l'adolescent se releva avec cet air indifférent, calme et réfléchis. Malheureusement pour lui cette époque de sa vie fut sans doutes la plus éphémères, comme quoi on ne peut pas tout avoir. Le jeune homme tendit sa main vers Jude et dit sur un ton plus sérieux et qui lui ressemblait plus enfin ça dépend pour ce qui le connaisse ça aurait été plutôt l'inverse mais c'est le côté naturel qu'il montrait aux gens de tous les jours.


"Dépêchons-nous."

Depuis son arrivée ici, se fut la première fois qu'il ressentit les regrets le submerger, il aurait peut-être du partir moins vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 20 Juil - 17:52

» Le prince charmant éternel a fait trop de mal, c'est un concept poussiéreux.


Les souvenirs du passé la hantait toujours. Pourtant, elle ne voulait se résigner à écoutait leurs promesses funestes. Faisant la sourde oreille, elle tourna et retourna plusieurs de leurs réponses dans tête, mais aucune de répondait vraiment à ses propres questions. Les souvenirs, ses souvenirs, ne répondaient pas à son ultime question : était-elle vraiment malheureuse, ou n'était-ce qu'un mal pour un bien ?


L'ultime question n'en était pas vraiment une. Elle n'était pas malheureuse, juste un peu perdue dans son passé et ses sentiments. Si elle devait encore compté sur quelqu'un, ce ne serait sans doute pas avant un certain temps. Et sans doute pas sur la première personne qu'elle aurait rencontré... Mais peut-être que...


« Ca devrait aller... »


Les yeux perdu dans le vide, elle resta un long moment silencieuse. Elle ne s'était même pas aperçue qu'il avait prit la peine de l'aider à faire ses bandages. Quand elle pense qu'elle le lui avait demandé, et qu'elle ne l'avait même pas regarder faire, c'était plutôt idiot, vu les circonstances... « Ça devrait aller »... Cette simple phrase résonnait en un écho assourdissant dans ses tympans. Qu'est-ce qu'elle faisait ici ? Bien sur que non, ça n'allait pas... Elle n'allait pas bien, et ça ne devrait pas aller. Et pourtant, la simple présence du jeune homme l'apaisait. Comme si rien qu'en pensant ses blessures physique, il avait pu voir au-delà, et penser des blessures plus profonde. Elle soupira et coinça son menton sur ses genoux. Alors comme ça, elle ne ressentait plus le besoin de lui faire du mal ? C'était peut-être ça qu'on appelait la mélancolie...


Sous ses airs de jeune fille modèle, la gamine n'était rien d'autre qu'une gamine capricieuse, ravagée, fragile et le plus pitoyable dans tout cela, c'est qu'elle s'efforçait de se croire robuste en faisant du mal autour d'elle. Mais c'était un manque à y gagné, elle n'était pas plus heureuse en rendant les autres malheureux, au contraire, puisque plus personne ne cherchait à la comprendre, elle se sentait comme délaissée, oubliée, négligée... Et pourtant, ne l'avait-elle pas mériter ? Peut-être, mais peut-être pas...


Et elle opta pour peut-être. Maintenant, elle se fera encore un peu plus de mal, juste un peu plus, pour combler ce manque. Ce manque de tout, ce manque de rien... Et le vent qui se lever ne faisait rien pour arranger les choses, son parfum se mélangea délicatement à l'air pur, de jolies mèches beige s'entrechoquèrent à la douce complainte du souffle venteux, et tout était si beau... Elle ferma les yeux pendant quelques instants et respira à plein poumons. C'est fou ce que le grand air pouvait lui faire du bien. Apaisait, presque assouvie, comblée, elle rouvrit ses paupières, et ses perles d'eau se délectèrent du spectacle du soleil bientôt couchant. Les rayons dorés jouaient sur les nuances colorés de ses cheveux, les rendant, par accoues, blond, puis beige, puis orangés...


« Au moins, je t'aurais entendu rire... »


Elle tendit un de ses bras gracile vers le soleil, et referma le poing, comme si elle tentait d'emporter un peu de sa lumière chaleureuse avec elle, juste pour elle, rien que pour elle... Malheureusement, elle n'en tira rien, juste l'illusion d'avoir pu toucher le soleil... Illusions illusoires, désillusions dérisoires...


« C'est tellement dommage... »


Un murmure teinté d'amertume qu'elle se lança pour elle même. Elle aimait éblouir, mais pas décevoir. Elle aimait qu'on l'éblouisse, et détestait qu'on la déçoivent... Elle avait été éblouie, puis déçu... Deux choses qui s'étaient additionnés faisait briller une lueur de tristesse dans ses iris bleutés... Elle ramena ses bras autour de ses genoux, et soupira, encore, juste pour paraître plus éplorée. Tellement dommage, c'est vrai...


« Depechons-nous. »


Elle releva la tête vers lui et croisa la main qu'il lui tendait. Elle hésita, et si elle la lachait ? N'allait-elle pas être chagriné de n'avoir plus cette douce chaleur au creux de sa paume blême ? Si, bien sûr que si... Mais il fallait en profiter tant qu'elle pouvait encore tenir quelque chose. Elle attrapa doucement la main du garçon et souleva sa mince carcasse, histoire de tenir sur ses deux jambes. Elle cala confortablement ses doigts dans ceux de Kaoru et lui souris, pour une fois, elle ne lui avait pas servi un sourire lassé, mais un sourire qui faisait briller ses jolis yeux bleus...


« Où est-ce qu'on va ? »


Il était vrai que la question était plutôt idiote, mais la façon dont elle l'avait posé faisait penser aux mignonne petites filles qui demandent à leur maman pour la quinzième fois si elle pouvait aller s'acheter une glace à la fin de la journée... Une attitude qui lui ressembler tellement qu'elle finit par sourire de sa propre question. Elle n'avait encore jamais appris à grandir normalement, elle gardait ses tics d'enfances. Mais c'est justement pour cela qu'on se méprend sur son compte, Jude est bien plus intelligente qu'elle en à l'air...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 20 Juil - 19:48

L'adolescent resta un moment à regarder la jeune fille qui semblait triste assise dans l'herbe chaque soupir lui faisait pratiquement l'effet d'un coup de poignard, qu'est-ce qu'il avait dit ou fait pour la blesser, honnêtement il avait jamais essayé de combler une personne de faire en sorte que celle ci se sente bien même si plusieurs fois il avait essayé, il n'en avait jamais éprouvé l'envie réel de combler qui que se soit. Il faut croire que avec elle c'était différent et il ne pouvait rien y faire jusqu'à maintenant il n'avait pas apprécié quelqu'un une personne ce n'était rien alors que lorsqu'il apprécie quelqu'un toutes les paroles du monde ni changeront rien, c'est comme ça un point c'est tout. Ensuite une seconde remarque sur son rire et là dessus elle n'avait pas tort ce devait être la première personne à l'entendre rire depuis un bail plus précisément depuis ces douze ans mais tout ça c'était tellement éphémère, ce rire elle n'aurait peut-être pas l'occasion de l'entendre une seconde fois de toute manière. L'un des derniers rayon de soleil qui paraissait l'éblouis vaguement en passant devant l'un de ces yeux et celui ci se ferma instinctivement. Puis la jeune fille reprit la paroles pour dire des paroles qu'il ne comprit pas tout de suite de quoi parlait elle cette fois ci, qu'est-ce qui était dommage ? Pas la peine de faire plus de remarque il avait assez démontré sa bêtise en riant un peu plus tôt alors il fit ce qu'il avait toujours fait sur le moment, il se tut et n'ajouta rien. Cette qualité lui était venu avec son air indifférent et calme à force de ne pas être bavard il avait appris à écouter même si n'écoutait que rarement il avait donc à peine conscience de ce fait mais peut-être qu'un jour ça lui serait utile. Il faudrait qu'il change dans ces cas là, qu'il devienne attentif, compréhensif et peut-être que plus tard il saura ce que signifie la compassion. De nouveau cette lueur de tristesse un soupir et un air presque déçu se dessina sur le visage du jeune homme mais pas le temps de se plonger dans ces pensées, A ces paroles la jeune fille lui saisit la main et sa chaleur l'atteignit, et la toute sa nostalgie du au fait qu'il avait du lâcher la main de la jeune fille un peu plus tôt disparu mais dans un sens c'était encore pire. Il ne connaissait Jude que depuis quelques temps, quelques heures tout au plus et puis il y a une fin à tout. Une fois relever la jeune fille lui sourit le regardant avec ces yeux d'une splendeur impressionnante, ensuite ces paroles avec un ton étonnant d'enfant. Cette fille commençait vraiment à l'atteindre à chacun de ces gestes il se sentait prendre des couleurs au niveau des joues.

*Comment peut-elle être aussi mignonne !?*

Cette pensées le laissa sans voix, comme quoi il l'admettait lui même. Mais si ce n'était pas publique son principe était à double tranchant, maintenant faire croire le contraire alors que lui même n'y croit pas ce n'était pas facile. Finalement après être resté planté là, la tête baissé à regarder le sol tellement la jeune fille l'intimidait il prit les devant et il laissa sa main quitter à regret celle de la jeune fille, on y peut rien, ces doigts glissèrent longuement sur la peau douce de la jeune fille et finalement plus de contacte. L'adolescent reprit sa marche accéléré en se redressant pour éviter de regarder ces pieds. Désormais il valait mieux qu'il évite tout contacte avec la jeune fille sinon il allait jamais s'en sortir, dès qu'il la voyait il rougissait dès qu'elle lui parlait il ne pouvait s'empêcher de la trouver mignonne et dès qu'il la touchait c'était encore pire alors ça devrait suffire pas la peine d'insister. Ce n'était pas son truc lui, en plus il n'avait jamais su y faire.

"Tu verras, une fois qu'on y sera..."

Décidément son côté sale gosse il lui devait tout et en plus ils atteignaient la ville, heureusement parce que pour lui ce n'était pas faisable, marcher à côté de cette fille alors qu'il avait l'impression de lui appartenir. Bref le genre de personne qu'il adore, pour avoir conscience lui même qu'il l'apprécie et pour qui il serait capable de beaucoup de chose. Mais Kaoru était vraiment du genre à se contredire, avouer qu'une fille lui plait c'est aussi et surtout admettre qu'il ne peut pas trainer avec elle. Donc plus vite elle s'éloignerait, plus vite il regretterait et dans l'ordre des choses... plus vite il l'oublierait.

C'était étrange mais à cet instant précis les paroles de la jeune fille avait presque un sens pour lui aussi, il appréciait quelqu'un mais de toute façon plus question de trainer avec cette personne par crainte, réaction bizarre, peur de quoi ? De l'attachement ? Des sentiments ? En tout cas par crainte. Alors oui, même si c'était de son plein gré c'était vraiment dommage, mais après tout c'est comme ça qu'il avait toujours vécu. Il sourit vaguement, la souffrance toujours la souffrance... c'était ça sa vie alors pourquoi ne pas changer un peu ? Pour une fois il pourrait accepter, assumer, pourtant grâce à cela sa vie n'avait pas été joyeuse certes mais pas monotone non plus. Mais a quel prix, jusqu'à aujourd'hui il avait tout sacrifié pour ne pas s'attacher et ça allait recommencer, quel comportement pitoyable. Une raison de plus pour que la jeune fille ne traine plus avec lui.

Une fois en ville le jeune homme s'arrêta et expliqua vaguement le principe de cette île.

"Nous y voilà, désormais vis comme tu l'entends et profite de cette seconde chance, trouve toi un appartement, un job et oublis le passé... c'était... sympa de te connaitre mais je pense qu'on a plus rien à faire ensemble."

Pourquoi il avait dit ça ?! Une sale impression comme si on prenait son cœur et qu'on l'écrasait avec sa main, quel oppression désagréable. Comme quoi les gens n'avaient pas tous tort, il y a des fois ou il parlait vraiment trop vite. Il aurait pu rajouter autre chose mais il avait déjà trop parlé alors il adressa un sourire forcé à la jeune fille et se mit ces mains dans ces poches en se retournant, même si c'était probablement pas réciproque c'était vachement plus douloureux que prévu... il avait vécu pire ou peut-être pas mais il préférait le penser, le soleil se coucha et étant en pleine confusion l'adolescent sortit une cigarette avant de l'allumer, quelle situation pourrie !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Lun 21 Juil - 15:32

» On perd l'aspect de sa solitude lorsqu'on rencontre l'amour. C'est l'amour qui sauve tout dans le monde.


E't si elle ,'avait jamais été heureuse parce qu'elle ne le désirait pas assez fort ? C'était peut-être cela son gros problème, elle ne désirait pas les choses assez fort, alors elle ne les avait pas. Alors ? Et si elle décidait qu'à partir de maintenant elle serait heureuse ? Lourd silence, elle n'y croyait pas elle-même. On ne décide pas d'être heureux du jour au lendemain quand on en a pas les moyens. Pourtant, elle aurait voulu, rien qu'une fois, se sentir vivre, exister, et pas seulement pour elle. Ou alors elle était née pour faire le mal et avec le malheur. Mais ça, ça n'existait que dans les films, elle ne voulait pas passer pour une mauvaise fille, elle voulait juste se faire comprendre... Mais c'était comme tout, un chemin semer d'embuche où s'aventurer était dangereux, et d'où on en sortait pas toujours vivant. La preuve...


Pour ne pas décevoir ou peut-être pour ne plus se décevoir, elle se dit qu'il fallait prendre cette deuxième vie comme un moyen d'être heureuse, comme un "cour de rattrapage". Alors, elle devait profiter, tant qu'elle le pouvait encore... Et toutes ses illusions disparurent quand la main du jeune homme quitta la sienne. Pour l'instant, elle avait été son seul espoir de bonheur, et on venait le lui arracher sauvagement. Elle vit Kaoru accéléré sa marche et lui lancer d'un ton pressé.


« Tu verras, une fois qu'on y sera... »


Sur le moment, elle prit conscience d'une chose, plus il était loin, plus elle se sentait mal à l'aise et vulnérable. Et cela ne lui ressemblait pas, d'avoir besoin de quelqu'un pour se sentir protégée, mieux... D'ailleurs elle n'avait pas encore remarquer, mais elle commençait à avoir très froid. La brise légère s'était transformer en bourrasques violentes et glaciales, s'infiltrant dans chaque recoins de son corps, dévorant petit à petit des carrés de peau de plus en plus gros... Insistant de plus en plus sur la rapidité de sa cadence, Kaoru semblait vouloir fuir. Sur le moment, Jude eu l'impression que c'était elle qu'il cherchait à fuir, et cela lui fit le même mal que si on venait de lui enfoncer une aiguille dans le cœur. Elle ne pouvait pas le laisser s'enfuir, pas maintenant. Plus maintenant...


Et elle prit conscience de l'évidence, ce qu'elle avait redouté était en train de la bouffer, croquant chaque morceau de son cœur, en voulant toujours plus, encore et toujours. Elle était en train de s'attacher à ce pauvre garçon, et ça, elle le compris un peu tard...


« Nous y voilà, désormais vis comme tu l'entends et profite de cette seconde chance, trouve toi un appartement, un job et oublis le passé... c'était... sympa de te connaitre mais je pense qu'on a plus rien à faire ensemble. »


Elle ne voulait pas qu'il la voit comme ça... C'était quelque chose qu'elle ne pouvait pas lui montrer, ses faiblesses... Alors, elle fit semblant, comme toujours. Sourire forcé, courbette exagéré, mais les yeux bas, triste et terne.


« Ne t'en fais pas, je suis sûre qu'on se reverra... »


Il n'y a que sur cette phrase qu'elle sourit sincèrement, elle pensait, non, elle espérait vraiment le revoir, rien qu'une fois... Et lorsqu'il se retourna, ce fut comme s'il était parti avec quelque chose de vital pour elle, elle se sentait vide. Vide et déboussolée... Elle inspecta ses bras, ils semblaient déjà aller mieux. Pourtant, elle, elle souffrait énormément à l'intérieur. Elle leva des yeux implorant et larmoyant vers le ciel qui avait déjà avalé le soleil avec l'aide de sa cape sombre. Et comme si elle pensait y trouver des réponses, elle eu un dernier espoir, mieux encore, un dernier regret. Cette idiote de l'avait même pas remercier. Rien, pas même un regard compatissant... Rien.


Et forcement, les regrets, elle les a en horreur. Elle s'élança donc à sa suite, vu qu'il n'était pas parti depuis longtemps, il devait toujours être dans les parages. Après plusieurs détours, elle le retrouva les mains dans les poches, la clope au bec. Ce cliché typique du mauvais garçon la fit sourire, décidément, un rien l'amusait aujourd'hui. Elle s'élança en trottinant derrière lui et se posta, droite, devant lui. Le pire, c'est qu'il devait bien faire une tête de plus qu'elle, mais c'était ça le plus attendrissant chez elle, cette manière unique de faire les choses... Elle planta avec insistance ses yeux dans les siens et lança d'un ton joyeux, le sourire le plus enfantin du monde accrocher aux lèvres.


« Je voulais te dire, merci pour tout ! »


Son regard dévia sur la cigarette qu'il fumait. Elle le regarda avec insistance et fronça les sourcils. De cette manière, elle ressemblant à une enfant qu'on venait de priver de télé ou de sucreries. Elle lança d'une voix autoritaire.


« Fumer c'est mal ! »


Elle ne pu tenir bien longtemps comme ça, son visage se tordit en une moue attendrissante et elle émit un léger rire enfantin, elle n'était décidément pas douée pour donner des leçons...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Lun 21 Juil - 18:35

Un vent frais, la lueur de sa cigarette, tandis qu'il marchait avec il faut l'admettre un sentiment de tristesse infini un rien l'intéressait. Il pouvait regarder le ciel et s'y perdre mais avec toujours ce regrets et l'image de cette fille dans la tête, avec le temps tout pouvait passer un jour ou un autre après le tout était de savoir à quelle vitesse et ça c'était une autre histoire. Il ôta sa cigarette de ces lèvres et souffla une fumée pas très épaisse vers le ciel comme à chaque fois, puis des bruits de pas vinrent résonner dans la rue mais bon Kaoru était ailleurs à penser à tout et à rien jusqu'à ce que la jeune fille se pointe devant lui en lui imposant pratiquement son regard. Ces yeux hors normes qui en premier l'avait marqué, ce côté petit soldat du à sa posture droite aurait pu l'agacer mais pas là, pas contre cette fille, il ne pouvait pas. De mieux en mieux n'est-ce pas ? Puis ces paroles ainsi que son sourire lui valurent de nouveau un rougissement incontrôlé, puis dans un murmure à peine audible il sembla se parler à lui même.

"Comme si c'était pas assez compliqué comme ça...."

Soudain la jeune fille observa sa cigarette avec les sourcils froncés et un regard insistant, voilà qu'elle savait comment s'y prendre et c'est aussi pour ça aussi qu'il ne tenait pas à s'attacher parce que de toute façon au fond de lui il savait que sur le moment il jetterait sa clope sans rien dire de plus. Jude ajouta une phrase qu'il avait entendit un bon nombre de fois, mais elle lui arracha un vague sourire. Son ton autoritaire et son allure de gamine déçu le fit sourire, des façons de faire bien étranges mais vraiment amusantes. Sur ceux elle sembla faire la moue qui eut pour résultat de l'attendrir comme une peu plus tôt et elle rit légèrement. Il se demandait si elle le provoquait ou si dans ces cas là il cachait bien son jeu, pourtant ces joues ne firent que marquer sa rougeur et son attitude elle montrait une gêne évidente, mais ça ne l'empêchait pas de soutenir ce regard si envoutant. Finalement il saisit sa cigarette et la jeta dans un soupir mais un soupir sans signification, un soupir forcé. C'est bien la première fois qu'il s'en sentit obligé.

"Ne dis pas n'importe quoi, tu ne me dois rien. Se serait plutôt à moi de te remercier."

Maintenant elle s'excusait, cette fille avait sur le dominer et en venir à bout elle avait ranimé en lui de BONS souvenirs et elle s'excusait. Impassible il ne fit rien mais si ça n'avait pas été dans sa nature il aurait sourit amusé par la réflexion, son apparition devant lui... ça aurait pu être une chance de se rattraper mais en avait il vraiment envie ? Question idiote, ça crevait les yeux que oui mais après est-ce qu'il allait le faire ? C'est de Kaoru que l'on parle, il n'aurait jamais le courage. Comme quoi mauvais garçon ça reste à prouver mais bon pas de réflexions comme ça devant lui se serait plutôt risqué. L'adolescent a=passa à côté de la jeune fille et son bras vint frôler celui de la jeune fille, un frisson le parcourus sa tête se baissa légèrement et son air indifférent laissa place à une peine gigantesque. Puis finalement un sourire en coin apparut et des paroles lui échappèrent.

"Je me demande comment j'ai pu en arriver là. Je t'ai rencontré il y a très peu de temps et en plus j'ai jamais pu encadrer quelqu'un ici. Au mieux je rendais service je discutais et avant c'était pareil. Durant des années j'ai pas pu apprécier qui que se soit même avec de la volonté. En plus de ça, il a bien longtemps que j'ai renoncé à me lier avec qui que se soit, aujourd'hui si je m'écoutais je crois que je m'enfuirais, je suis pas foutus de te regarder sans rougir et sans me sentir mal à l'aise, désolant, non ?"

Oui, c'était comme casser une habitude en deux petites secondes, En une heure à peine elle avait su faire en sorte qu'il doive revoir ces principes du début, Alors oui c'était presque honteux de tomber ainsi amoureux de quelqu'un qu'on ne connait pas alors que durant des années des personnes dites proches n'arrivèrent pas à se faire bien voir.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Mar 22 Juil - 12:29

» On dit que le désir naît de la volonté, c'est le contraire, c'est du désir que naît la volonté. Le désir est fils de l'organisation.


C'était définitif, elle voulait être heureuse, elle désirait être heureuse. Pas comme son idiot de frère qui avait décidé de se suicider, juste parce que sa vie de lui convenait pas, Jude avait souvent hésiter à faire la même erreur mais aujourd'hui, elle se sentait très fière de ne pas avoir mit fin à ses misérables jours... Et maintenant, elle se souvenait de sa propre histoire. Celle d'après... Après l'orphelinat, après sa fuite, après sa mort... Puisqu'effectivement, Jude était bien morte, sur le bitume. Elle ne savait pas que ce genre de souvenirs allait lui venir la nuit tombée. Les vents glacés lui avaient rafraichit la mémoire, alternativement, il l'avaient fait trembler de froid, et c'est toujours ce qu'elle fait... Alors qu'elle s'interposait toujours entre Kaoru et sa cigarette, celui-ci murmura quelque chose d'incompréhensible et jeta sa cigarette sur le sol. Jude n'attendait pas une tel réaction, mais elle en fût tout de même contente. Enfin, contente était un bien grand mot, elle avait juste reçus un surplus de joir à l'intérieur qu'elle prit le temps d'éliminer lorsqu'il arriva au cerveau. Elle compris à présent que son cerveau servait de « filtre à bonheur », il filtrait ce qui était bon, pour le broyer en millions de micro morceaux, pour qu'ils n'influent pas sur le comportement de la jeune fille. C'était dans son cerveau que tout clochait, la source de son malheur...


« Ne dis pas n'importe quoi, tu ne me dois rien. Se serait plutôt à moi de te remercier. »


Jude lui lança un regard interrogateur. Elle n'avait en aucun cas influer sur son changement de comportement, enfin, pas à sa connaissance, et encore moins soigner ses blessures. Et il se positionna à son coté. Ainsi, on voyait qu'elle ne lui arrivait qu'à peine aux épaules. Elle cru qu'il allait repartir, mais d'un coup, son visage se figea dans une expression d'infinie tristesse. Elle allait lui demander d'un ton inquiet ce qui n'allait pas, lorsqu'il prit la parole.


« Je me demande comment j'ai pu en arriver là. Je t'ai rencontré il y a très peu de temps et en plus j'ai jamais pu encadrer quelqu'un ici. Au mieux je rendais service je discutais et avant c'était pareil. Durant des années j'ai pas pu apprécier qui que se soit même avec de la volonté. En plus de ça, il a bien longtemps que j'ai renoncé à me lier avec qui que se soit, aujourd'hui si je m'écoutais je crois que je m'enfuirais, je suis pas foutus de te regarder sans rougir et sans me sentir mal à l'aise, désolant, non ? »


Jude se retrouvait à decouverte, perdue... Est-ce qu'il venait de lui avouer qu'il n'était pas insensible à ses airs de jolie poupée ou est-ce qu'elle avait trop illusionné sur le bonheur en imaginant ce qu'elle aurait aimé qu'il lui dise ? Mais de sa bouche, ça ne sonnait pas du tout de la même façon. Un peu comme s'il n'avait pas dit cela de son plein grè, mais à contre-coeur. La jeune fille releva ses soucrils et ouvrit la bouche, mais rien n'en sortit. Elle fut amené à la refermer de suite, idiote qu'elle était...


Et après un bref silence, elle prit délicatement la main du jeune homme, entrelaçant ses doigts fins entre ceux de celui-ci. Le froid avait rendus ses doigts glacés, mais ils n'avaient en rien perdu leur douceur. Elle prit ensuite une grande inspiration... Il fallait qu'elle parle, qu'elle dise n'importe quoi. Alors, elle ouvrit la bouche, et cette fois, c'est d'une voix mélodieuse et douce qu'elle chantonna un unique refrain à voix basse.


« Et mes rêves s'accrochent à tes phalanges, je t'aime trop fort, ça te dérange... Et mes rêves se brisent sur tes phalanges, je t'aime trop fort, mon ange... ♫ »


C'était une si belle chanson qu'elle se retînt de verser une larme. Elle l'avait si longtemps entendu chantonner par son frère, pour se redonner du courage, qu'elle l'avait elle aussi adopter. Elle baissa la tête et lança d'une voix fluette, presque coupable.


« Je suis désolée si ma compagnie te mets mal à l'aise, ce n'est pas du tout ce que je cherche à faire... »


Elle répéta plusieurs fois cette phrase dans sa tête, sans vraiment réussir à lui donner un sens véritable. Alors, elle releva la tête, et leva des yeux larmoyant.


« Mais, cela fait si longtemps que... Non, en fait, je n'ai encore jamais rencontrer de personne comme toi... Alors je ne sait vraiment pas décrire ce que je peux ressentir, et je m'en excuse... C'est sans doute moi la plus désolante, surtout que... »


Elle n'eut pas le temps de finir qu'elle se mit à éternuer. Le froid l'avait gelée, si bien qu'elle se mit à trembloter légèrement. Elle n'était vraiment pas résistante. Comme quoi, passer pour une jolie poupée c'était bien joli oui, mais avoir une santé aussi fragile, ça l'était beaucoup moins...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Mar 22 Juil - 18:28

L'adolescent était partagé entre sa fierté et ces habitudes et ces sentiments qu'il n'arrivait à gérer, c'était pour lui un défaut en plus du reste. Lorsqu'à près un court silence il voulut repartir le contact froid et doux des doigts de la jeune fille le retint un nouveau frisson le parcourut mais cette fois se fut plus plaisant, évidemment le contexte n'étant pas le même l'origine fut alors différente. Là encore il semblait hésiter, rester ou partir ? Choisir entre sa vie d'avant et autre chose mais là encore il ne pouvait se résigner à s'abandonner et à ouvrir son âme à cette fille, pas qu'il ne veuille pas mais il n'avait pas l'habitude et le changement ne lui avait jamais réussi jusqu'à maintenant alors la méfiance l'envahit peu à peu même si sa confiance appartenait déjà à Jude. Il avait l'impression qu'en faisant ça, sa liberté serait tâchée en quelque sorte, qu'une laisse naitrait à son cou à la seconde ou il voudrait être avec elle alors sacrifier sa liberté ou bien ces sentiments , ça c'était pas trop compliqué il avait arrêter de s'exprimer grâce aux émotions depuis un moment, une voix agréable le coupa et celui ci fut prit d'un doute et alors la de nombreuses question l'envahir d'un seul coup. Et s'il faisait le mauvais choix ? Si cette fille lui était indispensable ? Ou l'inverse, si au contraire, elle l'emprisonnerait et le pire c'est que ce ne serait pas de force. Il serra les dents en retenant un sifflement agacé. Le jeune homme détestait les choix ou plutôt CE choix, c'était pas possible mais il y a qu'une seule solution qui lui conviendrait même si un doute flânait il choisirait de l'esquiver. Finalement il en venait à regretter sa cigarette. Mais autre chose le préoccupait, que signifiait ce poème pour la jeune fille ? Certes, c'était plutôt de belles paroles mais ça ne valait pas les actes... aussi bien en mal qu'en bien. Par la suite la jeune fille s'excusa de le mettre mal à l'aise mais de son point de vue, c'était désagréable après une personne normale n'aurait rien dit, et puis pour elle il pardonnerait son meurtre alors s'excuser ce n'était guère nécessaire.

"Si tu n'as pas besoin de me remercier, il en ai de même pour les excuses, surtout que là tu n'as vraiment pas de raison de t'excuser."

La jeune fille leva sur lui un regard qui le laissa perplexe même si son coeur semblait fondre sur place, prenant par au trajet du sans dans tout son corps. C'est ça qui donnait la supériorité au fait qu'il veuille être avec elle. Une sensation de douceur l'envahissait à ces côtés, quoi qu'elle fasse, quoi qu'elle dise il se sentait bien. Jude s'excusa à nouveau de quelque chose qu'il ne saisit pas et avant qu'elle ne puisse finir celle ci éternua mais comme d'habitude l'adolescent n'avait pas de veste à lui donner, il n'était pas frileux de nature. il se tourna vers elle avec un air soucieux mais avant qu'il n'est pu dire quoi que se soit une voix qui ne lui était pas inconnu retentit du bout de l'une des rue alentours. Un air indifférent et impassible, c'est le résultat de ce son.

"Alors Kaoru ! Enfin quelqu'un à qui tu tiendrais !? Ou alors encore en train de jouer les garçons de la rue."

Cette expression "garçon de la rue", ça avait le don de le mettre hors de lui, en plus c'était certain, ce type était l'un des gars qu'il avait l'habitude de tabasser et s'il ne confondait il avait bien humilié celui ci. Le jeune homme se retourna vers cinq types, bref la routine pour un gars comme lui mais lorsqu'il était hors de lui ça finissait toujours mal enfin il y a un début à tout. Kaoru murmura alors à l'intention de Jude.

"J'aurais voulus faire autrement..."

Sa main échappa à nouveau à la jeune fille et le jeune homme camoufla son mal être aux racailles face à lui. Il avait pu espérer tout en négligeant ce côté voyou qui lui attirait un tas d'ennui et au moins ça l'aidait à faire un choix, pas la peine d'exposer la jeune fille à ça. Toujours furieux le jeune homme rejoignit les cinq personnes et leur fit signe de le suivre, pas qu'il n'aime pas les supporteurs, mais le public était inutile lorsqu'il se donnait en spectacle. Mais cette fois ça tourna carrément au délire, chaque individu avait une lame mais Kaoru resta impassible et saisit fermement le poignet du chef de groupe, en lui retournant violemment. Pour commencer il l'avait appeler garçon des rues. Deux d'entre eux lui sautèrent dessus et celui ci les attrapa par la nuque leur explosant la tête par terre, un autre arriva par derrière et se prit un violent coup de coude dans la figure. Deuxièmement, pour une fois qu'il avait espéré une vie normale, voilà qu'on venait tout briser, ça ça le mettait vraiment dans un état de rage contenue si on veut. Le dernier lui arriva de front, assénant un coup de couteau vers le bas. L'adolescent habitué à se baisser fut surpris et sauta un peu en retard par rapport au geste, la lame lui taillada le bras créant une coupure peu profonde.Un coup de pied partit alors que son adversaire et était baissé, sa tête en prit un coup et fila contre le mur. Quant au chef toujours plier de douleur un coup de genoux vint lui faire perdre connaissance. Après cette bataille plutôt courte Kaoru s'adossa contre le mur de l'allée sans issue et s'assit en se laissant tomber, la tête baissée il était complètement perdu, désemparé et surtout désespéré. Puis il répéta mécaniquement en ne faisant plus attention à rien.


« Et mes rêves s'accrochent à tes phalanges, je t'aime trop fort, ça te dérange... Et mes rêves se brisent sur tes phalanges, je t'aime trop fort, mon ange... ♫ »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 27 Juil - 19:30

( Dizouley, p'tite baisse de régime dans mes Rp ces temps-ci ^^" )

» Le malheur, c'est toujours la même chose. C'est un bonheur ancien qui ne veut pas recommencer.


Tout avait basculé si vite qu'elle ne comprenait même plus comment elle avait pu être aussi imbécile pour faire confiance à ce garçon. Et le pire, c'est qu'elle ne regrettait rien, pourtant, elle se demandait à quel moment son cœur avait flanché. Était-ce lorsqu'il lui avait permis de graver un prénom sur son visage, ou bien avant ? Elle n'en savait rien, elle ne savait plus. C'est à peine si elle arrivait à s'empecher de pleurer, pour rien. Elle se souvenait de plein de chose sur ces années à l'orphelinat. Des souvenirs du lugubre bâtiment qu'elle avait cru enfouis, des souvenirs douloureux, jamais cicatrisés. Mais ceux-là étaient les plus difficiles à faire taire, tant son esprit voulait les étouffer. La-bas, lorsqu'elle pleurait le soir, c'était parce qu'elle voulait rentrer, mais qu'elle n'en avait pas le courage. Ses larmes ont arrêter de couleur lorsqu'elle à passer ces grillages, et cet immense portail. A douze ans, elle avait vécu l'enfer des rendez-vous de la psychologue, pourquoi ? Parce qu'à douze ans, elle avait déjà sombrer dans l'abime de la dépression et de la schizophrénie. Et pourtant, elle s'en est toujours bien portés, c'est la psychologue qui tenait à la tirer vers le bas...


[ Flash back -
« Jude ? La dame du salon t'attend ! »

Et le gamin fila à toute vitesse, il ne voulait pas rester avec elle. Mais il s'en foutait, cela faisait maintenant deux cents trente-cinq jours qu'on le payer pour aller lui dire ça, il pouvait bien l'approcher de quelques mètres. Elle, elle se contentait de levé vers lui un regard glacial, et vide. Lorsqu'il partait, elle essuyait ses larmes et reprenait cet air de chien battu, yeux rouges, joues creuses. Elle avait encore passer une nuit blanche, la psychologue disait que c'était parce qu'elle était insomniaque... D'ailleurs, elle l'attendait encore aujourd'hui, depuis qu'elle était arrivée, elle devait la voir tous les jours, aux alentours de quinze heures. Elle se leva avec peine et s'avança jusqu'à la porte en bois. De toute sa hauteur, c'était encore la seule chose qui la protégeait de l'extérieur, et de leurs mains froides... Elle l'ouvrit, tremblante, et se traina jusqu'au minuscule salon. Comme tous les jours, elle était là, la dame, ou plutôt la psychologue. Et la directrice aussi, mais cela ne faisait que quelques jours qu'elle assistait à leur entretiens journalier. Soi-disant parce que son état l'alerter. C'était surtout parce qu'elle ne voulait pas qu'un môme crève au sein de son établissement, trop bien quotté pour ça... D'une voix irritable elle lança :

« Bien, tu connais les règles, tu t'assois et on pose les questions, je vais t'épargner le refrain habituel... Commençons. »

Elle se racla bruyamment la gorge, ce qu'elle pouvait échauffée Jude avec ces manières...

« Comment se passe tes journées ici ? Mme la directrice m'a parler de certaines choses. Est-ce vrai que de nombreux jeune garçon de l'établissement te... t'embête ? »

Les yeux vides, le teint blême, la gamine resta coite pendant un long moment. Oui, ici on abusait d'elle, mais elles ne le seront pas, elles ne le seront jamais, pas de sa bouche en tout cas... Elle baissa les yeux et se leva avec un léger mouvement de la tête. Elle murmura d'une voix morne :

« Non, je vais bien. Mon frère va bien, et mon père aussi... »

Elle fit volte-face, et personne ne la retînt. Elle s'enferma dans sa chambre, et cala son dos frêle contre la porte, sa seule protection... La psychologue, que l'on appellera Alice, se tourna vers la directrice. Celle-ci fronça les sourcils et d'une voix hésitante lança :

« Est-elle consciente que son frère et son père sont mort ? »

Alice émit un ricanement nerveux avant de lancer d'une voix vive :

« Bien sûr que oui, pendant un moment elle voulait se mutiler parce qu'elle était sûre que c'était de sa faute s'ils étaient morts... Cette gamine a besoin d'aide, elle ne le comprend pas... Cela fait des jours qu'elle répète la même chose, et elle va de plus en plus mal... »

La directrice acquiesça et ajouta qu'elle ferait en sorte de l'aider comme elle peut... Bien sûr, Alice ne l'a pas cru... Elle pouvait toujours essayer, cette cruche ne l'écouterait pas. Elle savait qu'il était trop tard pour s'en inquiéter. Elle n'avait que douze ans et elle songeait déjà au suicide... La gamine, quant à elle, s'était positionner dans l'encadrement de sa fenêtre. Déjà deux ans qu'elle s'essoufflait ici... Si elle ne rêvait pas de leurs mains glacé ce soir, c'est qu'ils allaient recommencer... - ]


La dernière image qui lui apparut fut lorsqu'elle se retrouva pieds nus sur le bitume. La lueur d'un phare qui l'aveuglait, le dernier espoir de pouvoir mettre fin à sa stupide et piètre existence, le crissement d'un pneu et... Plus rien, l'apaisement de la fin. Une fin qu'elle avait attendu depuis si longtemps... Et elle ferma les yeux, elle préférait ne plus revoir cette scène, juste parce qu'elle avait mal, et qu'elle ne pouvait plus pleurer. Par chance, c'est dans un moment de pur détresse de sa part que Kaoru choisit de prendre la parole.


« Si tu n'as pas besoin de me remercier, il en ai de même pour les excuses, surtout que là tu n'as vraiment pas de raison de t'excuser. »


Jude réfléchit un moment. Elle avait voulu s'excuse parce qu'elle ne voulait pas le rendre mal à l'aise, pour elle, c'était une bonne raison de s'excuser pourtant... En même temps, ce n'était pas la première fois qu'elle avait du le faire. Elle sourit légèrement, le fait est qu'il lui avait paru plus logique de s'excuser auprès de lui que des autres personnes... Elle allait ajouter quelque chose quand une voix inconnu à ses oreilles retentit au coin de la rue. Elle lança un bref regard à Kaoru, était-ce une connaissance ou simplement un idiot de lascar qui était venu assouvir ses besoins de violence par ici ? Dans tous les cas, le jeune homme semblait le connaître, puisqu'elle lu sur son visage un certain agacement dû à sa présence. Il se retourna ensuite avant de lui murmurer.


« J'aurais voulus faire autrement... »


Elle lui jeta un regard inquiet. Comment ça « autrement » ? Elle compris lorsque sa main lui échappa une nouvelle fois. Et ce fut une fois de trop, c'était les nerfs qui avaient lâchés, elle avait failli éclater en sanglot, pas seulement pour cette main, pour toutes les larmes qu'elle avait refoulés jusque là. Mais là encore, elle ravala ses larmes et pinça les lèvres. Mais pourquoi diable lui empêcher-t-on d'être heureuse ? C'était donc complètement impossible qu'elle le soit, ne serait-ce qu'une minute ? Il s'éloigna avec ce que sa vision avait pu tirer de cinq silhouettes. Elle savait qu'il fallait qu'elle le suive, parce qu'elle ne voulait pas le perdre. Mais dans un sens, si elle le suivait, cela ne signifierait-il pas qu'elle était complètement dépendante de lui ? Elle ne voulait pas se retrouver contrainte de le suivre à chaque fois juste parce qu'un malaise immense lui nouait la gorge lorsqu'il n'était pas là... Quoique.


Au final, elle se sentit bête de rester inerte, droite sur le bitume. Mauvais souvenir. De plus, la nuit lui faisait peur, et elle la glacé. Elle se pressa donc de suivre leur chemin, s'efforça de ne pas se perdre. Arrivé au bout d'une impasse, elle vit les cinq corps simplement animé de soubresauts sur le sol. Elle regretta tout de suite de ne pas avoir vu ça. Bien que cela soit difficile à croire, Jude adorait se battre contre son frère étant petite et elle ne se gênait absolument pas pour participer aux combats à la grande école. Mais sa santé fragile ne lui permit plus de faire de sports violent ou autre, et puis il y avait l'orphelinat... Mais elle continua de cultiver cette admiration pour le combat, en silence... Elle s'accroupit près du premier homme qui s'était visiblement pris un furieux coup de coude dans le visage. Un sourire légèrement sadique se dessina sur les douces lèvres de la demoiselle, ce qu'elle aurait aimé être là pour voir ça...


« Et mes rêves s'accrochent à tes phalanges, je t'aime trop fort, ça te dérange... Et mes rêves se brisent sur tes phalanges, je t'aime trop fort, mon ange... ♫ »


Elle releva des yeux pantois vers le jeune homme. Elle aurait voulu verser une larme, rien qu'une, mais la volonté qui l'avait animé pendant des années l'en empêcha, elle se l'était promis... Elle se releva, un tendre sourire accroché aux lèvres et elle avança jusqu'au muret ou était adossé Koaru. Elle prit avec délicatesse le visage de celui-ci et lui chuchota avec finesse et élégance.


« Crois-moi, ce n'est pas moi que ça derangerait... »


Elle lui sourit avec tendresse et déposa doucement un baiser sur son front. Sans prévenir, c'était la plus jolie larme qu'elle n'avait jamais versé qui roula sur ses pommettes rosés. Elle l'essuya vivement avant de s'adosser à son tour au muret. Elle pensait... Avec effusion, au cercle vicieux dont elle venait de se débarrasser, et à tout ce qu'elle venait de laisser passé... Elle se laissa glisser lentement jusqu'au sol en chantonnant faiblement.


« Serre-moi encore, serre-moi jusqu'à étouffer de toi... ♫ »


Elle voulait étouffer du corps imparfait du bonheur, rien qu'une fois, en silence et avec grâce. Elle soupira et regarda le ciel. La nuit était déjà avancer et les étoiles pointaient le bout lumineux de leur branches. Elle fit mine de les compter, chose qu'elle avait souvent fait petite, puis s'arrêta avant de lancer avec une pointe d'hésitation.


« Dis Kaoru, comment est-ce que tu es mort toi ? »


Elle espérait le savoir, parce qu'elle pourrait sans doute mieux le comprendre ainsi. Elle avait hésiter à lui poser la question, parce qu'elle ne voulait pas parler de sa mort à elle... Non pas que ce soit trop douloureux ou quoi que ce soit, mais sa mort était tellement pathétique, qu'elle ne preferait pas en parler... Elle était compliquée, la jolie poupée...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 27 Juil - 22:08

Le visage baissé, les yeux fermés, l'adolescent était perdu complètement dépassé par l'ampleur des évènements. C'était vraiment du tout nouveau pour lui, désormais, se serait sans aucun doute un vague souvenir. Le jeune homme avait espérer l'espace d'une seconde à peine, qu'il pourrait aimer quelqu'un comme il se doit. Un amour non partagé qui ne serrait pas réciproque à cause de ce côté violent et bagarreur qui lui avait valut les pires critiques qu'il avait pu connaitre dans cette vie pourrit. Désormais son esprit formait à l'intérieur de lui une espèce de trou noir qui aspirait tout, étoiles, planètes, galaxies et pour finir tout. Lui au milieu de tout ça il semblait flotter complètement seul sans l'appui de qui que se soit, c'était comme ça non ? Comme ça que ce garçon violent avait choisis de vivre, alors pourquoi cette envie de mourir comme si ça vie jusqu'à présente écrite par ces soins avait avait été terrassé par un ouragan pire que tout le reste. Ce trou noir l'absorba comme tout le reste et avant que son imagination ne l'illusionne plus encore, ces paroles stoppèrent, coupées par des pas qui s'approchaient. Qui pouvait trainé dans cette ruelle ? Quelle importance si ce n'était pas Jude, c'était la seule chose à laquelle il pensait tout devenait ennuyeux et lassant lorsque cette fille n'était pas en cause, attitude idiote ? Peut-être mais passer pour le dernier des ratés, rien à faire et même si cette fille l'obsédait quasiment, c'était son problème après tout. Il leva son visage et le mélange fut plutôt surprenant, un air surpris avec une couleur marqué sur sa peau à cause de la gêne et aussi une once d'appréhension. C'était un véritable carnage, Kaoru lui n'avait pratiquement rien si ce n'est une légère coupure tandis que les autres étaient complètement hors d'état de faire quoi que se soit. Dans ce cas là c'est vrai, il avait des doutes quant à la venue de la jeune fille dans cet endroit. Comme les autres se serrait des réflexions, des préjugés, des leçons de morales ? Ou bien qui sait peut-être que s'il venait à rêver elle ferait autrement. Il ne rêvait pas dieu merci et la jeune fille lui adressa plutôt un sourire avant de l'approcher, elle saisit son visage et il se sentit frémir de tout son long. Les mots qu'elle lui murmura le rendit un peu plus gêné mais de au fond une joie immense l'envahissait, la jeune fille déposa un baiser sur son front et l'adolescent se sentit comme léger, libéré de toute souffrances. Elle s'assit alors à côté de lui et le jeune homme ne fit aucune remarques, il faut dire que lui ça le rendait plus heureux qu'autre chose. Une larme coula sur la joue de Jude et l'adolescent sourit légèrement, il se demandait si la jeune fille pleurait par gaieté ou plutôt par tristesse. Mais il était simple et voulait se rassurer en plus il ne voyait pas ce qu'il avait pu faire en plus la larme disparue presque aussitôt, ce qui amusa un peu Kaoru, cette fille ne devait pas aimer pleurer. La jeune fille se mit à chantonner un air agréable et avec des paroles qui pouvait parler à certaines personnes, lui pour ça part c'était ni poète ni du genre à essayer de comprendre mais il savait apprécier de belles paroles. Le temps de lever la tête vers le ciel pour observer les premières étoiles qu'une question de la jeune fille le percuta de plein fouet. D'habitude, répondre ne lui posait aucun problèmes mais cette fille il l'aimait à en crever alors c'était très très honteux pour lui d'avouer ça. Mais lui, il était surement l'un des seuls habitants à avoir voulut venir ici... même sans convictions, alors pour ça pas trente-six solutions.

"Suicide...et..."

Kaoru se reprit après avoir faillit demander, peut-être que plus tard, mais pour l'instant il savait à peu près ce que la jeune fille pensait du fait de parler de son passé et puis en plus il voulais éclaircir un point.

"Comment se fait il que... tu sois venue et..."

La timidité, quelle invention débile, il hésitait à chaque phrases, quel qu'elle soit, une panique l'envahit, pas facile de ne pas pouvoir s'exprimer. Mais ce qui lui torturait l'esprit c'était... ce qu'elle pensait de lui maintenant.

"Tu dois me trouver lamentable... mais j'ai besoin de toi, je ne sais pas pourquoi... c'est la première fois que quelqu'un me plait autant, alors s'il le faut, j'arrêterai tout, juste pour être avec toi."

Il se redressa vraiment préoccupé, son avis à ELLE c'était le plus important de tous, tourné vers la jeune fille il posa une main hésitante sur sa joue puis l'embrassa tendrement, tant pis s'il prenait une baffe, tant pis si il était repoussée au moins pas de regrets et ça ferait ça de moins à porter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Mer 30 Juil - 17:28

» Les grandes pensées viennent du coeur, et les grandes affections viennent de la raison.


Elle n'avait plus l'impression d'avoir raté sa vie comme il y a quelques secondes à peine. Elle était assise à coté de la chose qui compter le plus au monde : l'amour épanoui. Elle l'appellera comme ça... On lui laissait la chance d'être heureuse, pourquoi diable ne devait-elle pas la laisser prendre le dessus sur la raison, sur sa raison ? Peut-être parce que la demoiselle est une chose trop fragile pour être encombré de chose embarrassante tel que le bonheur. Et puis, de toute façon, elle n'avait jamais eu besoin de bonheur pour vivre... C'est ce qu'elle même pensa lorsque l'image funeste de sa mort s'entrelaça entre ses pensées futiles. Il était vrai que sa première vie avait été dénué de tout bonheur, c'est bien pour cela qu'elle en est morte d'ailleurs. Elle décida donc de vivre cette deuxième vie dans le bonheur absolu, ou, au moins, avec une once d'allégresse. Et cette seule once d'allégresse, c'était bien sûr celui qui partageait le même muret qu'elle. Elle se surprit à lui lancer de furtifs regards pour garder le plus longtemps possible une image de lui dans sa tête. Elle espérait grandement que son manège ne serait pas découvert... Ou pas.


« Suicide...et... »


Elle releva la tête. Pourquoi lui parlait-il de suicide ? Elle se remémora ses dernières questions et déduit qu'il répondait à sa première question... Le pourquoi du comment de sa mort... Elle s'était tellement préoccuper de lui qu'elle s'en était oublié. Finalement, elle ne se sentait plus aussi futile, si lui avait choisi de se donner la mort, c'était qu'elle n'avait pas aussi mal choisi qu'elle le pensait. Elle voulut lui demander de quelle façon il s'y était prit, mais finalement, elle se pinça les lèvres en se disant qu'elle n'aurait pas aimé expliquer sa propre mort.


« Comment se fait il que... tu sois venue et... »


La jeune fille pencha légèrement la tête à la manière des chiots lorsqu'ils ne comprenaient pas les ordres de leur maître. Elle non plus n'avait pas compris, et le gout amer de sa réplique occupa immense espace dans son esprit : le mettait-il mal à l'aise en ce moment ? La demoiselle baissa légèrement les yeux, elle se sentait manipulatrice et d'habitude, cela la remplissait d'une jouissance démesure de le savoir, mais pas là. Elle sentait juste une déception acerbe l'envahir...


« Tu dois me trouver lamentable... mais j'ai besoin de toi, je ne sais pas pourquoi... c'est la première fois que quelqu'un me plait autant, alors s'il le faut, j'arrêterai tout, juste pour être avec toi. »


Jude releva la tête, ses perles d'eau glissèrent lentement sur le visage du jeune homme : elle le dévisageait. Non, elle ne le trouvait en aucun cas lamentable, c'était elle qu'elle trouvait lamentable, pathétique, futile... Elle ouvrit la bouche mais rien n'en sortit. Ses pommettes avaient repris une jolie couleur écarlate, plus que flatté, la demoiselle remua les lèvres, juste un peu, pour se forcer à émettre un son, n'importe lequel... Elle sursauta légèrement lorsque le garçon se redressa devant elle. Elle baissa alors les yeux, elle ne pouvait plus affronter son regard. Sa main se posa sur une de ses joues glacées. Elle la sentait hésitante, et puis elle ferma les yeux. Le froid la rongeait, elle se sentait mal, et elle se sentit défaillir lorsqu'elle sentit le souffle du jeune homme sur son visage. Pire encore lorsque ses lèvres s'accrochèrent avec tendresse aux siennes, elle cru que son cœur allait lui-même chanceler. En un instant, il venait de briser toutes ses barrières, physique et psychologique. Sauf une, la seule, l'unique, l'inébranlable, l'invincible, barrière de ses douloureux souvenirs d'enfance... De ce qu'on lui avait fait subir parce qu'elle était trop faible et eux trop fort. De leurs mains glacées qui parcouraient son corps avec envie, perversité et mépris. Elle ouvrit des yeux faibles, apeuré, elle s'accrocha aux dernières secondes de ce baiser, mais c'était déjà trop tard, leurs mains gelées avaient déjà tout brisés... Elle se retira vivement et retînt de longs sanglots. Elle se sentait tellement incapable qu'elle n'osa même pas lever les yeux...


« Tu n'es pas lamentable... Et je ne te demanderais jamais de tout arrêter... »


Sa voix était grêle, fluette, presque inaudible. Elle trembla de tout son long et essuya ses larmes qui s'étaient soudainement mises à couler. Elle sourit maigrement avant d'ajouter.


« La seule qui aurait des raisons de se trouver lamentable, ce doit sans doute être moi... »


Elle en eût assez d'essuyer des larmes qui semblaient ne jamais arrêter de se déverser sur ses joues glacées. Pourtant, elle ne pleurait pas, non, elle était juste victime de son mauvais sens... Elle étouffa un éternuement puis se recroquevilla sur elle-même, pour se procurer un peu de chaleur, mais sans succès...


« Avant ma mort, et même bien avant, j'avais un père aimant et un frère affectueux, je ne te parlerais pas de ma mère puisque je ne l'ai jamais connu étant morte en me donnant naissance je n'ai eu aucun portrait d'elle. Mon frère avait toujours eu des problèmes psychologique qu'on soignait tant bien que mal en le bourrant de cachet. Le physique se portait bien mais le moral ne suivait pas, il s'est alors suicidé. Mon père fût complètement anéanti, j'ai dû m'en occuper alors que je n'avais que neuf ans, mon frère à sa mort n'en avait que quinze à peine. Lorsqu'on le jugea inapte à effectuer un quelconque travail, mon père fût interné dans un hôpital psychiatrique. Il se suicida lui aussi en volant les cachets des autres patients ou quelque chose dans le même genre. J'ai ensuite été confié à l'orphelinat de la ville voisine... C'est à l'orphelinat que tous mes problèmes ont commencés...»


Elle marqua une longue pause, étouffa encore quelques éternuement et s'apprêta à raconter la suite. Elle n'avait encore jamais parlé de sa vie à qui que ce soit, mais elle voulait non seulement répondre à sa question, mais aussi se soigner de ses souvenirs. Elle se sentait plus anéanti à chaque mots, mais pour son propre bien, il fallait qu'elle se libère. Alors, elle enchaîna...


« A l'orphelinat, j'ai commencé à me mutiler parce que j'étais persuadé que ma famille était morte parce que je n'avais jamais eu la force de caractère pour m'occuper d'elle... Dès mon arrivée, on me fit consulter la psychologue de l'établissement, pour un enfant de dix ans à peine, deux morts sur la conscience, c'était beaucoup trop... Et puis les filles de l'établissement ont commencé à me jalouser, et elles ont bien entendu profiter de ma faiblesse psychologique et physique pour se venger. Elles n'étaient pas méchantes, juste un peu trop joueuse et immature. J'ai donc subi pendant plusieurs mois les délires pervers, si on peut appelé ça ainsi, des plus vieux de l'orphelinat. Jusque là, ce n'est pas le plus démoralisant... Et puis j'ai commencé à en rêver, leurs mains glacées me hantaient jusque dans mon sommeil déjà instable, si bien que je ne voulus plus me rendormir. C'est là qu'à commencer le calvaire de mes nuits d'insomnies. Qui ont à leur tour déclenché une schizophrénie particulièrement violente puisque je ne supportait plus rien ni personne, boire et manger y compris... Par chance, c'est à ce moment que les garçons de l'établissement ont arrêté d'abuser de ma pauvre et misérable personne. Ensuite, et bien il y a eu une période où tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Mes insomnies furent de moins en moins violente, ma schizophrénie se mit à disparaître lentement, et la psychologue m'autorisait à sauté quelques entretiens... C'est donc à ce moment que j'ai pris conscience que ma place n'était aucunement dans un orphelinat. Je me suis donc enfuis, et à l'instant où j'ai dépassé le portail noir et froid, j'ai poussé la porte d'une nouvelle vie... Je me suis ensuite retrouvée sur la route qui longeait l'orphelinat, pieds nus, les idées brouillées... »


Elle s'arrêta. La suite, il l'avait sans aucun doute deviné. La demoiselle ferma les yeux et joua mécaniquement avec une mèche de ses cheveux blonds que la lueur des étoiles rendaient beige. Elle soupira longuement, ses yeux étaient devenus triste au moment où elle prononça faiblement.


« Et le pire dans tout cela, c'est que je suis incapable d'en vouloir à qui que ce soit, excepté moi... Ce n'est pas lamentable ça ? »


Elle avait posé des yeux vide sur le jeune homme. Elle ne voulait d'aucune pitié, elle ne voulait pas qu'il la comprenne, elle voulait juste qu'il ne se sente pas lamentable à cause d'elle, ou de tout ce qu'il pouvait ressentir pour sa pauvre personne... C'était dans sa nature, toujours penser à elle avant les autres. Oui, parce que maintenant qu'il était la seule personne à avoir connaissance, dans les moindres détails, de sa pitoyable vie, il faisait bel et bien parti d'elle, de la jolie poupée... Elle y tenait donc plus que tout, puisque c'était la seule chose qui lui restait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Mer 30 Juil - 20:32

Ce baiser fit comme un ouragan d'émotions dans le corps de l'adolescent, c'était incroyable, tout ce bien être, il l'avait oublié durant ces dernières années et le fait que tout cela ressurgisse n'avait rien de désagréable. Mais ce n'est pas éternel et en plus le plaisir n'est pas toujours partagé... Le contacte se rompit, le jeune homme se sentant refuser se voyait mal résister, c'était ainsi cette fille commandait et lui ça lui plaisait. Pourquoi ne pas vivre comme ça ? C'est interdit ? Les paroles de la jeune fille l'atteignirent mais sur le coup le geste l'avait vraiment perturbé, c'est ainsi pas vrai, peut-être qu'il s'était trompé tout compte. Cette fille qui lui plaisait tant n'était peut-être pas celle qu'il avait toujours recherché même si c'était parfois inconscient. Pourtant ces paroles n'indiquaient-t-elles pas qu'elle ressentait la même chose que lui ? C'était vraiment pas facile de s'y retrouver au milieu de ces question qui emplissaient sa tête. Se fut encore pire une fois que des larmes coulèrent sur les joues de Jude. Elle semblait tremblé, elle semblait terrifié et tout ça le détruisait intérieurement, il avait l'impression de souffrir pour elle. Ces paroles le démolirent d'un seule coup, à l'entendre c'est elle qui se trouvait lamentable mais pour lui c'était une déesse et de toute façon il savait que de son point de vue il ne la rendrait jamais assez heureuse, cette fille à la personne si attirante en tout. Kaoru baissa les yeux, comme elle pouvait dire une chose pareil dans son esprit ces songes étaient tels qu'il était partagé entre tristesse et colère.

*Elle n'a pas le droit de dire ça... cette fille... cette fille c'est toute ma vie !*

Etre lamentable ne lui avait jamais posé de problème, qu'elle se trouve lamentable ça, ça l'atteignait vraiment. Il savait que si quelqu'un qui que se soit se permettait une allusion désobligeante envers elle il irait jusqu'au meurtre alors qu'elle se critique, il détestait ça. En plus le fait qu'elle utilise ces propos ça le rendait malade. Jude se recroquevilla et là, il regretta une veste, vraiment qu'elle sale impression que d'être inutile. Pas le temps de s'en vouloir, la jeune fille entama un récit qu'il saisit vite, le récit de son ancienne vie, forcément son écoute se sentit, c'est elle qui parlait lui il écoutait, lais sans pour autant se sentir captif, il était heureux, content de l'écouter en fait. Mais il déchanta vite, au cours de son récit elle marqua une pause et le récit semblait aller... de pire en pire, cette fille avait subit ce que l'on pourrait décrire de... invraisemblable, personne de censé d'après lui n'auraient agit comme tous ces gens qui lui avaient fait du mal, mais les faits sont là et dorénavant on y peut rien. A la fin de son récit une lueur mélancolique brillait dans ces yeux et un pincement au cœur le saisit et le raidit. Puis ces derniers mots semblèrent le mettre en colère, lui d'habitude si calme semblait crispé et ces mains se serrèrent d'un seul coup, puis il éclata à sa façon.

"Tais toi ! Si c'est ce que tu penses de toi alors je ne peux rien y faire... mais c'est vraiment égoïste de dire ça ! Tu t'imagines l'effet que ça me fait ?! Je ne suis pas comme ces gars qui t'ont fait du mal... crois-le ou non, je t'aime vraiment."

Son air calme et posé revint et il reprit là où il en était.

"Pourtant, je ne peux pas dire que je te comprenne, ma vie aussi pourrie soit elle ne saura jamais aussi injuste que la tienne. Je ne peux pas compatir non plus et surtout je n'éprouve aucune pitié, je connais trop celle des autres pour t'en faire part, malgré ça... tu as changé ma vie, alors même si ton cœur devait appartenir à quelqu'un d'autre, tant pis mais mes sentiments ne changeront pas"

Se fut les paroles les plus sincères de son existence mais ce récit était comme un hic pour lui, pourquoi avait-il embrassé cette fille !? C'était pourtant pour cette raison que désormais qu'elle avait l'air si triste. Le jeune homme était la cause de son chagrin du moins c'est ce qu'il pensait et ça il ne l'admettait pas, alors oui, il voudrait sortir avec cette fille mais non il ne la ferait pas souffrir peut importe s'il devait rester seul et à sa vie d'avant, cela restait impensable de la faire souffrir. Il se leva légèrement triste d'ailleurs on sentait une certaine réticence à partir mais selon comment réagirait la jeune fille il n'aurait pas le choix si ça se trouve.

"Quoi qu'il en soit je suis désolé, tous ces souvenirs, c'est parce que je t'ai embrassé sans même ton consentement alors si c'est tout ce que ça t'inspire, je me demande si mes sentiments ont lieu d'être, si ça doit te faire souffrir alors que tu me jette..."

C'est quoi cette soudaine envie de pleurer ? En même temps c'était compréhensif, comment avouer à la fille qu'il aime que ça ne le dérangerait pas de ne plus la côtoyer, sans mentir alors il se tourna vers elle en lui adressa son sourire le plus charmant et sans même avoir l'air de forcer, il se demandait s'il devait se réjouir que sa comédie était plutôt réussie ou l'inverse. Il aurait aimé se voir car on disait par contre que les yeux avaient tendance à trahir.

"... je comprendrais."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Jeu 31 Juil - 17:59

» La volonté ne peut rien sans l'espoir. L'amour sans l'espoir devient une chose morte.


Mais surtout il y avait tout ces mots et ces maux... Le froid et les reproches semblaient s'acharner sur le visage porcelaine de la jeune poupée frêle. Les reproches, l'indécision, la peur, l'incompréhension, la détresse et sans oublier : les larmes. Ce tout semblait se mélanger avec violence dans la tête de la jeune fille. Et tout cela n'était rien comparé à ce qui pouvait se passer dans le cœur de la petite poupée défectueuse. « Ici c'est cassé, je ne pourrais jamais t'aimer, tu m'en vois désespérée... » avait-elle murmurer, larmes aux yeux, à son frère en passant une main tremblante sur son cœur. Mais comme si un simple garçon pouvait huiler les engrenages cassés de son petit cœur fait de bois mort et de verre étoilés, elle le sentait cogné à s'en péter les tympans. Et maintenant ? Elle voulait toucher du bout de ses ailes naissantes les rouages innocent du bonheur. Et lorsqu'elle cesserait enfin d'exister, c'est à ce bonheur qu'elle voudrait confier sa simple vie. Elle pût enfin rouvrir des yeux rongés par les larmes, mais brillant d'espoir. Jusqu'à ce que s'abatte avec fureur les ailes noires du mauvais présage. Le jeune homme se raidit et lui lança durement.


« Tais toi ! Si c'est ce que tu penses de toi alors je ne peux rien y faire... mais c'est vraiment égoïste de dire ça ! Tu t'imagines l'effet que ça me fait ?! Je ne suis pas comme ces gars qui t'ont fait du mal... crois-le ou non, je t'aime vraiment. »


Elle buta sur plusieurs mots. « Égoïste » : c'était ce qu'elle était, mais il était vrai qu'il était la seule chose qui comptait pour elle, et pourtant, elle n'avait aucunement pensé à lui en prononçant ces mots. Elle perdit cette insolente lueur d'espoir et elle laissa place à de l'accablement. Elle se décrispa mollement et laissa tomber des bras pantois sur le bitume glacé. Ce simple contact rêche sur sa peau si lisse lui fit passer une lueur d'effroi dans le regard. Ensuite il y avait ce « qui t'ont fait du mal », qui lui avait fait du mal à part elle-même ? Elle s'était condamné lorsqu'elle avait ouvert les yeux pour la première fois. De toute façon, elle n'en voulait à personne, juste à elle-même, encore plus après ses mots. Et pour finir, il y avait son « je t'aime vraiment ». Elle aurait dû s'en sentir touchée, mais, est-ce qu'on pouvait aimer quelqu'un comme elle, quelqu'un de ravagé, de saccagé, sans vraiment s'enfoncer dans la folie avec elle ? Mais, rectifions, demoiselle Jude n'est pas folle, pas encore, demoiselle Jude est quelqu'un de psychologiquement et de physiquement faible, persuadé qu'il peut s'en sortir seul et qui, par ailleurs, s'illusionne. Et si on veut une preuve, lorsqu'elle dit qu'elle n'en veut qu'à elle-même, elle se ment et ment. Car, n'était-ce pas elle qui se vengeait en manipulant les nombreuses personnes qu'elle rencontrait ? La seule personne qui, à ce jour, n'a pas eu, et n'aura sans doute jamais, droit à ce traitement, est celle qui se trouve à quelque pas d'elle, et qui, à première vue, semble avoir reprit son calme. Il parla à nouveau d'une voix apaisante, chaleureuse.


« Pourtant, je ne peux pas dire que je te comprenne, ma vie aussi pourrie soit elle ne saura jamais aussi injuste que la tienne. Je ne peux pas compatir non plus et surtout je n'éprouve aucune pitié, je connais trop celle des autres pour t'en faire part, malgré ça... tu as changé ma vie, alors même si ton cœur devait appartenir à quelqu'un d'autre, tant pis mais mes sentiments ne changeront pas »


Jude ne sût pas quoi retenir de sa réplique... Il y avait trop de chose à analyser, trop de chose à déduire. Mais quelque chose l'obligea à se sentir mal, et elle savait exactement ce que c'était... « Si ton cœur devait appartenir à quelqu'un d'autre »... Elle aurait pût se laisser tomber lourdement sur le sol si elle n'avait pas déjà été assise. Son cœur n'avait jamais appartenu à quelqu'un d'autre qu'à elle-même, et donc, par conséquent, il lui appartenait aussi, tout entier et brisé qu'il était. Elle ne voulait pas pleurer pour des choses aussi futile que les sentiments, c'est pourtant ce qu'elle faisait depuis tout à l'heure. Le jeune homme se leva et Jude cligna des yeux. Il lança avec tristesse.


« Quoi qu'il en soit je suis désolé, tous ces souvenirs, c'est parce que je t'ai embrassé sans même ton consentement alors si c'est tout ce que ça t'inspire, je me demande si mes sentiments ont lieu d'être, si ça doit te faire souffrir alors que tu me jette... »


A cet instant, son cœur se déchira. On venait de lui briser d'un coup d'un seul le rouage le plus important de l'être de la jolie poupée, ce qui la rendait si attirante, ses jolies yeux azur, ses pommettes toutes roses, son teint de porcelaine, ses fines lèvres si douces et sucrées à la fois, cet ovale aux traits si fins qu'ils en paraissent parfaits, ses longs cheveux blonds aux reflets teintés de rose si lisse et brillant, tout cela s'envola en fumée en quelques secondes. Il ne lui restait que sa carcasse dénué d'intérêt et une question qui bourdonnait dans son esprit : et s'il avait raison ? Cette simple question la fit trembler. Ses yeux s'embuèrent, et si tout cela n'avait pas lieu d'être, si elle s'illusionnait de désillusions ? Elle se rendit presque à l'évidence quand il termina d'une voix amer.


« ... je comprendrais. »


Non, bien sûr que non... Elle n'allait pas renoncer à lui, à sa délivrance, à sa moitié, juste pour se laisser crever une deuxième fois. Elle essuya avec rage ses yeux. Elle se sentait furieuse, exaspérée. Contre elle-même, parce qu'elle avait pût croire aux propos du jeune homme. Elle repensa au petit vers qu'elle avait adressé à son frère pour lui faire part de sa détresse sentimentale à son égard. Elle se rappelait parfaitement de la réaction de son frère. Il avait rit de son rire mélodieux, celui qui donnait à ses traits cet air si charmant, si parfait et lui avait répondu, la main sur son petit cœur de poupée encore fragile : « Ici se sera réparé lorsque tu seras aimé, tu sauras ensuite aimé ma jolie poupée... » Ces paroles lui avaient noués le ventre comme il le nouait maintenant. Il avait dit si vrai... Elle se leva vivement, tellement vivement qu'elle en chancela et s'adossa au muret pour retrouver l'équilibre. Elle braqua des yeux rouges mais défiants sur le jeune homme avant de lancer amèrement.


« Ne pense surtout pas ce genre de chose ! »


Elle détourna le regard et continua d'un ton désolé, presque pour se faire pardonner...


« Et si je t'ai blessé, je te demande de me pardonner, ce n'était aucunement mon intention. Mais ne pense surtout pas que c'est à cause de ce baiser que je « souffre » ou que je suis « triste », la seule chose qui me ferait encore du mal, ce serait de te laisser partir... »


Sur ces mots, elle s'approcha du jeune homme et l'enlaça avec toute la douceur qu'elle aurait pût lui donner. Elle voulait simplement le rendre heureux, qu'importe son propre bonheur, s'il était heureux, elle le serait aussi. Dans cette étreinte chaleureuse, elle recherchait aussi un peu de chaleur, car son corps glacé ne supportait pas aussi bien le vent glacial que son esprit bouillant. Elle tendit les bras et chercha avec délicatesse les mains du garçon, elle voulait encore une fois sentir leur étreinte protectrice sur le bout de ses doigts fins. Elle les serra aussi fort qu'elle pût, ce qui, avec le froid et l'épuisement, ne se résumait pas à grand chose, et se hissa sur la pointe de ses pieds jusqu'au visage de Kaoru avant de l'embrasser avec la délicatesse des anges. Lorsqu'elle se retira, elle ferma les yeux et un tendre sourire étira ses lèvres encore entrouvertes. Elle ouvrit ensuite des yeux espiègle et les lâcha les mains du jeune homme qu'elle tenait pourtant avec beaucoup d'insistance, pour les enlacer autour du cou de celui-ci. Elle remit talon au sol et colla sa tête contre le torse du garçon. D'ici, elle sentait son souffle chaud sur le haut de son crâne et elle entendait les battements reposants de son cœur. Elle aurait aimé s'endormir ainsi, mais même si la fatigue commençait vivement à la gagné, elle se résignait à s'endormir, elle voulait entendre sa voix reposante lui murmurer encore et encore une douce mélodie...


« De mille saveurs, une seule me touche, lorsque tes lèvres effleurent ma bouche ♫ »


Elle avait murmurer ces paroles avec une douceur innée, comme si cet air devait toujours être prononcé par ses soins, comme si il avait été inventé pour elle, et rien que pour ses beaux yeux. C'est étrange comme il sonnait bien à ses oreilles. Et elle ferma les yeux sur les battements fougueux du coeur bien en marche du jeune homme, comme un air hypnotisant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Jeu 31 Juil - 18:46

Lorsque la jeune fille se redressa face à lui l'adolescent se sentit quelque peu surpassé, cette fille savait lui tenir tête et ces paroles le surprirent au début, ce ton dur qu'il ne connaissait pas, venant de la jeune fille, ce côté "mauvais" de la jeune fille lui plaisait au moins autant que tout le reste et c'est vrai que sur le coup il ne su pas quoi faire. En plus à croire qu'elle lisait dans ces pensées, bien sur que ces paroles il n'y cru pas lui même ! Ça paraissait logique...

* Pourtant, je pensais que j'aurais pu la blesser, mais j'ai été stupide de croire que je pourrais vivre sans elle, ou alors il faudrait que je me tue une seconde fois... et maintenant que je la connais, l'envie n'est plus présente pour m'aider, je veux vivre, juste pour elle je veux vivre.*


Soudain la jeune fille reprit la parole sur un ton d''excuse, qui l'amusait, elle n'avait aucunement besoin de s'excuser, il était vraiment heureux par contre qu'elle lui dise tout ça. Comme quoi il ne l'avait pas tant blessé que ça et cette pensée le rassura. Vivre avec le sentiment qu'elle ne le déteste pas ? Pourquoi pas après tout, tant qu'elle le haï se serait possible mais il préférait bien mieux qu'elle l'aime, son bonheur serait ainsi complet. Lorsque la jeune fille l'étreignit, il n'eut pas le courage de la repousser, il était sur un petit nuage dans son petit monde à lui et désormais il nourrissait l'espoir de n'être plus jamais seul. La chaleur de la jeune fille lui avait manqué alors qu'il l'avait embrassé seulement deux minutes avant c'est dire. Les mais douces de la jeune fille saisirent les siennes et il sentit un frisson le parcourir, le corps glacé de la jeune fille le faisait trembler, pourtant, ce n'était pas tant se froid qui le parcourait qui le faisait vibrer, peut-être bien que c'était le fait de se sentir vivre... ou plutôt revivre. Jude sur la pointe des pieds extirpa un légers sourire de l'adolescent tendit que les lèvres si douces de la jeune fille vinrent se poser sur les sienne. Son cœur battit soudain plus fort et avec une régularité plus frappant, tandis qu'une chaleur apaisante pénétrait son corps, il se sentait bien, même mieux que jamais, il aurait voulut que se moment ne cesse jamais, mais c'est une utopie. La jeune fille s'écarta et lui adressa un sourire qu'il lui rendit. Les bras de la jeune fille encerclèrent la jeune fille encerclèrent le cou de Kaoru qui se laissa guider comme une marionnette la nuit défilait comme le temps sans les attendre mais la chaleur de la jeune fille qui avait posé sa tête sur le torse du garçon, ça il ne voulait pas s'en séparer. Les paroles poétiques de la jeune fille attendrirent l'adolescent totalement, désormais il se sentait docile comme un chien dressé même si ce n'était pas l'effet qu'il avait et ça le réconfortait cette idée d'être libre tout en adorant cette fille jusqu'à ces pires défauts. La lune, en croissant cette nuit là se trouvait en plein milieu du ciel dominant toutes les étoiles qui lui tenaient tête.

*Je ne pourrais jamais me séparer de cette fille à dire vrai...*

L'adolescent quelque peu nerveux et timide se sentit rougir légèrement, le contacte humain jusqu'à présent il ne s'y était pas fait alors forcément il était un peu perdu avec tout ça même s'il ne doutait pas de ces sentiments. Puis soudain il demanda soucieux.

"Tu as l'air fatigué, mais... tu as une idée d'où est-ce que tu vas dormir au fait ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jude

avatar

Nombre de messages : 52
Âge : 15 hivers et 354 jours...
Petit(e) ami(e) ? : Disons que la place est libre... Encore faudrait-il qu'il y est une place pour cela.
Date d'inscription : 28/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: Renard de Feu
Metier: Âme solitaire errante
Amis: ... Qu'est-ce donc ? =)

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Ven 8 Aoû - 13:08

» Il est grand temps de rallumer les étoiles.


« J'ai cru que tu avais dit « pour toujours », toujours et toujours... ». Cette phrase flottait à l'unisson dans l'esprit presque perdu de la jeune fille. Une phrase qui était souvent venue frapper aux portes à demi-close de l'esprit fertile de la demoiselle. Mais plus qu'une simple phrase qui concerné la perte de ses « mauvaises » habitudes, c'était un refrain nouveau qui chantonner gaiement son arrivée. Il écrivait bien sûr qu'il représentait le bonheur insoupçonné que la jolie poupée tiendrait, bientôt, dans ses doigts fragiles. Déjà, elle sentait le vent siffler ce doux refrain, et ses cheveux prenaient aussi part à la danse hypnotique de ce chant. Et ce chant ? Ce n'était rien d'autre que les battements réguliers du cœur appartenant au jeune garçon. Il n'avait pas la même cadence violente que son modique cœur de poupée, et c'était cela le plus beau... La voix du garçon s'éléva dans les airs prenant part aux notes narcotiques du refrain...


« Tu as l'air fatigué, mais... tu as une idée d'où est-ce que tu vas dormir au fait ? »


A partir de ce moment, le refrain l'entraina dans une euphorie soudaine, elle se sentait le besoin de rentrer dans la carcasse en porcelaine de la petite poupée qui l'habitait... Poussée par le désir de donné un sens à sa vie, elle décolla son visage blême du torse de garçon et quitta ce chant qui l'avait jusque là guider mais qui résonnait à présent dans le creux des ses oreilles. Elle posa un index sur ses lèvres pèches et murmura d'une voix enfantine avant de pointer les étoiles à l'aide de ce même index.


« Chut... Les étoiles vont raconter leur histoires... »


Sa voix mêlait douceur et profondeur. Pour elle, les étoiles avaient toujours été des conteurs qui travailler la nuit, contant à qui voulait l'entendre leurs histoires fantasque et mystique. Et la lune était leur inspirations, leurs douleurs, leurs peines, leurs mélancolie et leurs désespoir... Mais la lune était aussi leurs cadeaux, leurs joies et leurs aimées... Alors, chaque soir, la demoiselle se laisser bercé par leurs scintillement divin. Ce soir encore, elle ferma les yeux et chantonna une mélodie mêlant passion et ivresse. Et ce soir encore, son visage porcelaine s'illumina d'une lueur étrangement belle. Son murmure mélodique cessa lorsqu'elle lança d'une voix étonnamment douce.


« Ecoute... Ecoute comme elles racontent leurs malheurs d'une façon si radieuse... »


Elle laissa s'écouler quelques instants avant de rouvrir ses perles d'eau. Ses yeux rieurs rieurs se pointèrent sur le garçon et un sourire des plus enfantine étira ses douces lèvres. Elle reflechit à la question qu'il lui avait posé. Dormir ? Ses insomnies n'avaient jamais completement cessés, il lui arrivait encore de rêver de leurs mains froides. De plus, avant, lorsque son frère était encore en vie et qu'il allait à peut près bien, elle passait ses nuits à écouter ses histoires et elle s'endormait au creux de ses bras ou de son épaule. Et lui était toujours reveiller avant elle, les yeux noirs. « Tu as bien dormi ? » lui demandait-il toujours de sa voix douce. Elle répondait parfois oui et parfois pas tellement, mais toujours avec un sourire magnifique. Elle lui retournait ensuite la question et lui l'évitait en parlant d'autre chose. Elle savait pourtant très bien qu'il n'avait pas fermé l'oeil de la nuit. Elle le fixait donc avec ses deux iris saphir et avait le droit à un baiser sur le front quand il ne passait pas une main tendre dans ses longs cheveux blonds, elle n'insistait donc pas... Là, elle n'esperait plus passer de tels nuits avec ou sans la presence de son frère. Elle se contentait de penser à autre chose qu'à l'orphelinat, point.
Elle hocha donc la tête de gauche à droite et une moue contrarié déforma ses petites lèvres roses.


« Non, aucune... Mais ça va aller, je n'ai pas vraiment sommeil. »


La demoiselle n'en pensait évidemment aucun mot, mais elle pouvait esperer qu'il la croit. Si elle ne s'était pas elle-même trahi en plissant les yeux avant de camoufler un baillement enfantin. Elle se frotta les yeux avec insistance et fit comme s'il ne s'était rien passer en affichant un leger sourire comme pour cacher le fait que ses yeux étaient à moitié clos... La fatigue pesait lourd sur les paupières de la demoiselle mais elle ne devait pas le laisser paraître, pourtant c'était vraiment le plus flagrant...
Elle parcourra le jeune homme des yeux et s'arrêta sur une blessure à son bras. En fait, elle ne l'avait même pas remarquer, elle en déduit que cela venait surement de son combat avec les cinq homme. Pourtant, elle ne s'était même pas inquiétée de savoir s'il avait été blessé. Elle s'approcha vaguement du bras de Kaoru et lui lança un regard inquiet.


« Tu es blessé ? »


Sur le coup, elle se sentit bête de ne l'avoir remarqué que maintenant alors qu'il faisait nuit. Mais, à dire vrai, elle ne l'aurait jamais remarqué si ses yeux ne s'étaient pas baissés à cause de la fatigue...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kaoru
.: Souffre douleur ! :.
avatar

Nombre de messages : 86
Age : 24
Âge : 17 ans
Petit(e) ami(e) ? : nan...
Date d'inscription : 15/06/2008

Feuille de personnage
Réincarnation: puma
Metier: aucun...
Amis: n'en cherche pas plus que ça...

MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   Dim 10 Aoû - 22:21

Des paroles étranges, une histoire d'étoiles qu'il ne saisit pas au premier abord, pourtant, chaque paroles, chaque pensées et chaque actes de cette fille semblait avoir sa raison d'être. Une métaphore ? C'est sans doutes le plus plausible, malgré tout, cette fille est tellement imprévisible et par moment, trop impassible parfois. Ces yeux banals, couleurs marrons comme un grande majorité des gens, ne pouvait se détacher de cette jeune femme si parfaite à ces yeux. Un vague sourire flottant sur ces lèvres, un regard attendrissant et un air amoureux comme jamais, serait-ce ça le paradis sur terre, une envie irrésistible d'embrasser ces lèvres aussi attirantes que douces. Mais vient toujours une fin à la contemplation, le jeune homme ne voulait pas seulement observer cette fille aux yeux mystérieux et aux cheveux envoutants accompagnés par le vent, il voulait faire plus, il voulait combler cette créature à la silhouette si parfaite et qui le rendait tellement nerveux et heureux à la fois. Une vague mensonge le fit sourire et l'air fatigué de la jeune fille en disait long, est-ce que Jude avait des insomnies ? Ou tout simplement elle ne voulait peut-être pas dormir. Une pensée le traversa vite, cela avait il de nouveau un rapport avec son passé ? Désormais, autant sourire à l'avenir et oublier, tout ça alors pas question de remuer le couteau de la plaie.

*Je me demande tout de même pourquoi elle me ment...*


Le regard inquiet de la jeune fille et une allusion à sa blessure le rendirent perplexe, c'est pas qu'il était gêné ou perplexe, mais l'adolescent était couvert de cicatrices comme celles ci alors non il n'était pas blessé et c'est sur que ça l'avait surpris qu'on s'inquiète pour. Il jeta un œil à la coupure, rien de bien méchant, c'était... sa routine pourrie...

"C'est rien, je suis recouvert de petites cicatrices comme ça... ça partira."

Sous-entendu, ça m'arrive souvent, un peu con à avouer, mais c'était la vérité. Il y a des fois ou il vaudrait peut-être mieux ne rien dire de façon à ne pas en dire trop long sur lui, d'ailleurs l'idée qu'il doive devenir sociable lui paraissait un peu prématurée pour l'instant peut-être qu'avec le temps et pour Jude, il le ferait. Mais Kaoru avait ces habitudes et pour l'instant il vivait très bien avec, même si c'est sur que cette fille le transformait juste en lui parlant. Un jour dans un bar il avait entendu un groupe de type rigoler en disant avec une touche de sérieux que des femmes pouvait changer n'importe quel homme et que d'ailleurs si un jour un affrontement devait opposé des hommes à des femmes alors les pauvres mâles trop sensible au charme de ces jolies demoiselles se verraient massacrer sur le chant. Après cette bribe de conversation il avait surement succomber à la connerie de l'alcool qui avait pour effet de le saouler de la tête au pied, résultat trou noir concernant la fin de cette soirée. Enfin là encore il s'était perdu dans de vieux souvenirs vraiment pas nécessaires. En tout cas il ne savait pas comment réagir, soit il faisait se reposer de force cette fille à l'air fatigué soit il gobait son mensonge et ne faisait rien, pour faire selon son bon vouloir. Finalement aucun des deux, juste une allusion qui indirectement la ferait peut-être dormir dans un endroit pas trop minable...

"Je vais paraitre égoïste mais je n'ai pas envie de me séparer de toi pour le moment, tu me laisserais te présenter un... ami ?"
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [libre] Enfin en paix   

Revenir en haut Aller en bas
 
[libre] Enfin en paix
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [REQUETE][RESOLU] Mode Haut-parleur main-libre ou mode normal grâce au proximity sensor
» [recherche] kit main libre intra auriculaire htc desire
» Un petit pokémon perdu [Libre]
» Tony Curtis repose en paix.
» Système main libre pour auto

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Magic island :: Zone Verte :: Vallée-
Sauter vers: